C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Marie-Henriette, à propos des tests rapides : "Je n'ai que 10 euros pour le cinéma, donc je n'ai pas assez pour payer mon test"

Le bourgmestre de Liège avait proposé sur le plateau de QR d’offrir des tests rapides aux non vaccinés pour accéder aux événements, la Région Wallonne n’est pas du même avis. Avec la mise en place du Covid Safe Ticket en Wallonie dans les prochaines semaines et déjà dans les 84 communes de la Province de Liège, pour éviter toute discrimination Willy Demeyer avait proposé mercredi soir sur La Une d’installer des centres de tests pour effectuer des tests rapides gratuits pour les non vaccinés. En dehors des cas d’allergie après une première dose, la Région ne prévoit pas de dépenser de l’argent à cet effet, c’est à lire dans L’Avenir ce matin.

Un test rapide, ça doit être cadeau ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

3 images
© RTBF

"Si on a fait le choix de ne pas être vacciné, il faut assumer les conséquences"

Jean-Gilles de Liège, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : " Le Covid Safe Ticket est obligatoire. C’est une décision difficile et provisoire, tant mieux, mais c’est nécessaire. Je trouve que pour protéger l’ensemble de la population, ce n’est pas un mal. La vaccination elle, est un choix. Et je pense que ça doit le rester. Ce serait peut-être excessif de la rendre obligatoire. Mais à partir du moment où l’on fait un choix, il y a des conséquences. Si on a fait le choix de ne pas être vacciné, il faut assumer les conséquences. Donc si on veut assister à un évènement, il faut payer le test PCR. A l’exception faite des personnes qui, pour raisons médicales, ne peuvent pas être vaccinées. La région wallonne accepte d’ailleurs de prendre en charge le test de ces personnes. Ceux qui n’ont pas les moyens de payer leur test et qui ont choisi de ne pas se faire vacciner, doivent alors assumer de payer. "

3 images
© RTBF

"Si le test n’est pas gratuit, je n’irai pas au cinéma. J’irai me promener dans les bois, où c’est gratuit"

À Soumagne, Marie-Henriette n’est pas du même avis : " Je ne vois pas pourquoi moi qui ne suis pas vaccinée, je ne pourrais pas, de temps en temps, pouvoir aller au cinéma. Je peux peut-être me permettre 10 euros maximum pour le cinéma. Donc si je dois payer mon test 8 euros, je n’ai pas assez pour aller aux festivités. Ou vice-versa. Ce test devrait être pris en charge, par les autorités, pour toutes les personnes non vaccinées. Si le test n’est pas gratuit, je n’irai pas au cinéma. J’irai me promener dans les bois, où c’est gratuit. "

3 images
© RTBF

"Si on peut payer un cinéma, ou un évènement, on peut payer un test"

Depuis Jette, Sophie conclut le débat : " Pour les gens qui ne sont pas vaccinés, c’est peut-être un choix mais c’est un choix qui a parfois de très graves conséquences. Je suis infirmière aux soins intensifs et je vois ce covid faire des dégâts monstrueux. Ce sont aussi des jeunes qui décèdent, ce sont des patients qui sont sans antécédents, sans facteurs de comorbidité. Et si on en vient à les intuber, on ne peut pas toujours les sauver. Donc pour moi, si on peut payer un cinéma, ou un évènement, on peut payer un test. Et le test n’est pas si cher, c’est l’affaire de quelques euros. Si ce n’est pas possible de payer, alors il vaut mieux aller faire une promenade dans les bois. Je pense qu’il y a plus de peur à avoir autour du covid, qu’autour du vaccin. Ça fait un an et demi que je me bats contre le covid et je suis épuisée. Tout mon service est épuisé. On tombe comme des mouches. On a tous le contrecoup de cette pandémie qui est épouvantable. Je préférerai que tout le monde soit vacciné. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK