C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Marie-Christine : " Il faut tous les supprimer ! "

Marie-Christine : " Il faut tous les supprimer ! "
Marie-Christine : " Il faut tous les supprimer ! " - © Tous droits réservés

Nouvelle attaque par des Amstaff à Huy. Une petite chienne a été mordue par deux chiens pourtant tenus en laisse. Résultat : 150 points de suture pour soigner la gorge et le dos de l’animal. Comment expliquer tant d’accidents avec ces chiens ?

Francis, le propriétaire de Mimi, a eu très peur pour son animal de compagnie quand deux Amstaff ont sauté dessus pour l’attaquer. Les chiens étaient tenus en laisses attachées à la ceinture de leur propriétaire mais malgré tout, au moment où ils décident d’attaquer, impossible de les retenir, le dispositif cède. Mimi est alors violemment mordue sans que personne n’arrive à séparer les animaux dans un premiers temps. Il aura fallu l’intervention de voisins pour finalement mettre fin à l’horrible scène. Dans la bagarre, le maître de la petite chienne a été blessé au pouce ce qui lui a valu 21 points de suture, bien moins que son animal qui a dû être recousu à la gorge et au dos avec un total de 150 points de suture comme on peut le lire dans La Meuse.

Comment expliquer tant d’accidents avec des Amstaff ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites".

Pour Marie-Christine de Sprimont : " C'est honteux parce que les propriétaires ne sont pas responsables de leur chien. Il y en a qui excitent leur chien et qui poussent à attaquer. Soi-disant que le chien est là pour les voleurs. Mais les voleurs ils n'en n'ont rien à foutre des chiens. J'ai eu trois doberman et je vous assure qu'ils n'ont jamais rien attaqué. Ces chiens là il faudrait carrément les supprimer et laisser les petits chiens tranquilles. J'ai un petit shih tzu et si un jour un Américan staff ou n'importe quel chien attaque mon petit chien, je vous assure que je vais trouver le propriétaire et je descends le chien devant lui. Je trouve que ce sont des bêtes méchantes, agressives, on ne peut pas avoir confiance en elles. Ils vont même attaquer les personnes. J'habite dans un domaine où il y a des chiens en liberté. On a peur de sortir parce qu'on ne sait pas comment les Américan staff vont agir. Quand ils sont en liberté, je ne sors pas de chez moi et je mets mon chien en sécurité. Ce sont des tueurs ces chiens-là. Je les déteste et je veux qu'on supprime cette race de chien ! ".

Pour Sylviane de Verviers, ce n'est pas un problème de dangerosité mais de sociabilisation : " Je ne pense pas que ce sont les chiens le problème mais l'éducation. Quand je vais promener mon chien, tous les petits chiens aboient. Quand je promène le mien, il ne fait rien. Si je croise des petits chiens qui commencent à s'exciter, à s'énerver et à aboyer, là, j'ai des difficultés à tenir mon chien. Un chien de 65 kg, quand il s'énerve, c'est dur de le retenir (...) Toutes les personnes qui ont un chien doivent aller avec lui à la sociabilisation ".

Alain de Uccle rejoint l'avis de Sylviane. Pour lui, c'est une question d'éducation : " Je connais la race, je suis à mon troisième chien. Les personnes qui font l'obéissance au minimum un an avec les maîtres-chiens doivent savoir que chaque sortie en rue est un stage d'obéissance. Ils sont promenés au collier étrangleur et on ne les lâche pas pour jouer avec les autres chiens. On les lâche dans des endroits clôturés où ils sont entre eux ou avec des rottweiler ou d'autres molosses. Ce sont des chiens adorables avec les enfants, ce sont d'excellents gardiens. La muselière c'est très bien mais ce n'est pas la solution pour deux raisons. La première, la muselière va faire qu'il voudra la retirer jusqu'à se blesser et ensuite il va sauter et boxer avec ses pattes. En plus, si un autre chien vient le mordre, il ne pourra pas se défendre... " 

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK