C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Malgré la gravité des faits et les mesures drastiques, certains citoyens ferment les yeux

Dans de nombreux pays, les mesures se durcissent pour lutter contre la propagation du coronavirus. Attendez-vous la même chose chez nous ?

Hier, l’Allemagne a pris des décisions fortes par rapport à ses frontières qui sont maintenant contrôlées pour limiter les entrées dans le pays. La France met également un filtre en place à la frontière italienne. Des mesures fortes ont été annoncées par le président, Emmanuel Macron, limitant au maximum les déplacements des Français. Au même moment, les Pays-Bas ont choisi un autre moyen de lutte ; en partant du principe que la majorité de la population sera contaminée mais que c’est de cette manière que se mettra en place une immunité de groupe.

Attendez-vous un durcissement des mesures en Belgique ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites". 

Voici quelques moments forts de l'émission...

4 images
Malgré la gravité des faits et les mesures drastiques, certains citoyens ferment les yeux © AlenaPaulus - Getty Images

Face-à-face auditeur-débatteur

Bernard, un auditeur originaire de Durbuy, est intervenu sur notre antenne. Son témoignage peut sembler étonnant voire effrayant au moment où la situation s'aggrave et prend de l'ampleur chaque jour qui passe : "On en fait trop, c'est sûr et certain. On fait paniquer les gens surtout les personnes plus âgées. Quand j'entends mes clients parler, ils sont en panique, ils font des réserves comme si c'était la guerre alors qu'on avait dit qu'il n'y avait pas de pénurie et que ce n'était pas nécessaire ! Et puis, on oublie aussi que la grippe n'a pas encore atteint son pic. La situation est moins grave qu'une grippe normale !"

Monsieur, on parle de guerre, d'ennemi invisible, d’hôpitaux saturés, d'un virus en train de muter ! Donc oui, c'est très grave ce qui est en train de se passer. On ne peut pas prendre ces mesures à la légère, on ne confine pas les gens par plaisir !

Face à un tel témoignage, Sacha Daout, un des débatteurs du jour et journaliste à la RTBF ne peut rester insensible. Il tient à rappeler que ce genre de comportement est totalement irresponsable et se sent navré que cet auditeur n'ait pas compris la portée des mots prononcés la veille : "Monsieur, on parle de guerre, d'ennemi invisible, d’hôpitaux saturés, d'un virus en train de muter ! Donc oui, c'est très grave ce qui est en train de se passer. On ne peut pas prendre ces mesures à la légère, on ne confine pas les gens par plaisir !"

4 images
Malgré la gravité des faits et les mesures drastiques, certains citoyens ferment les yeux © FilippoBacci - Getty Images

"Il faudrait des mesures plus fortes !"

Heureusement, la majorité de nos auditeurs prend la mesure de la gravité de la crise tout comme Aurélie, qui nous appelait depuis Mons : "Il faudrait des mesures plus fortes ! Je suis malade depuis vendredi et je pense que les gens ne prendront conscience de la situation que quand ils le seront aussi... Ce n'est pas qu'une petite grippe, croyez-moi ! Les douleurs sont très fortes... J'attends les résultats de mon test pour savoir si c'est le coronavirus. En attendant, je porte un masque en permanence car je vis avec mon conjoint et mon fils et je ne peux pas utiliser le même wc, la même douche ni manger en même temps qu'eux."

4 images
"..." © dowell - Getty Images

"Il faut arrêter l'hémorragie!"

Même son de cloche du côté de Marche-en-Famenne avec Philippe : "Il faut renforcer les mesures chez nous ! À partir du moment où on a une hémorragie, il faut pouvoir l'arrêter ! Il faudrait fermer toutes les frontières. Quand ce seront vos proches qui seront impactés, vous comprendrez enfin ce qu'il en est !"

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et vous donnons RDV du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et la Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK