C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Les supermarchés Express tuent-ils les petits commerces et proposent-ils des emplois précaires ?

Sur ces mini supermarchés qui poussent aussi vite que des champignons. Carrefour annonce 7 nouveaux Express d’ici décembre, en aura ouvert 22 cette année. Total : 290 mini supermarchés pour Carrefour et 362 pour Delhaize. Ces Express, souvent des franchisés, tuent-ils les petits commerces, sont-ils plus chers, proposent-ils des emplois précaires ?

Les ouvertures de Carrefour Express et de Proxy Delhaize s’enchaînent dans le pays. C’est là désormais que se fait la compétition entre les groupes de supermarchés. Aux différentes questions de ce matin s’ajoute également une réflexion sur la saturation du territoire. Y a-t-il trop de mini ?

Baptiste Van Outryve, porte-parole de Carrefour : " Aujourd’hui, on a dépassé les 290 mini magasins et on sera, vers la mi-janvier, à 300 magasins. On en a ouverts 24 l’année passée. Notre ambition, cette année, c’est d’en ouvrir 22 ou 24 (tout dépend des faits extérieurs) et on devrait en ouvrir entre 20 et 25 l’année prochaine. "

Le succès de ces commerces de proximité est surtout lié aux habitudes de consommation des clients : " On constate que ces magasins-là se prêtent à une autre consommation, surtout à une consommation immédiate. Le client passe et veut un produit qu’il consommera, normalement, à ce moment-là : le jus d’orange pressé ce matin à 8h ou peut-être une couque mais également un sandwich le midi. Il n’y a pas que le produit, il y a surtout le service et les heures d’ouverture qui font que le produit et le magasin fonctionnent. "

À chaque demande correspond un type de magasin : " Si vous êtes vraiment à la recherche de la meilleure promo, c’est dans les plus grandes quantités que vous allez la trouver. Là, c’est l’hyper marché qui va plutôt se prêter à ça. Par contre, ce que vous allez trouver dans un express, c’est quand même un prix acceptable pour le client et surtout pour le service. Si vous voulez acheter une baguette, du fromage et du beurre, effectivement c’est un peu moins cher dans un supermarché. Par contre, un sandwich frais fait sur place par un collaborateur en magasin, là, il sera en express. "

La franchise n'appartient pas à Carrefour et proposent des prix plus élevés. Pourtant, le succès est au rendez-vous " parce que l’ancrage local fait la force du magasin. C’est un indépendant qui gère son magasin. Bien évidemment, il profite de l’enseigne et des valeurs ajoutées que nous pouvons lui donner. Quand on recherche un franchisé, c’est toujours quelqu’un du quartier qui connaît surtout ses clients, qui les connaît même par leur prénom. Dans les express classiques, on voit que le client vient au moins une fois par jour et que le franchisé connaît son client et qu’ils se tutoient à un certain moment. "

Quant au personnel, c'est le patron du mini magasin qui décide : " Le personnel du franchisé sont des membres de l’entreprise du franchisé. Le franchisé est indépendant, c’est lui qui gère son magasin, qui fait ses achats, qui s’occupe de son personnel, qui accueille son client chaque matin. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK