C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Le professeur Gala désavoué par son employeur : peut-on entendre tous les avis concernant le coronavirus ? 

Véronique les experts doivent être unanimes. Ils discutent entre eux et apres ils viennent communiquer
4 images
Véronique les experts doivent être unanimes. Ils discutent entre eux et apres ils viennent communiquer - © Tous droits réservés

Le professeur Jean-Luc Gala, qui a très régulièrement minimisé la crise sanitaire que nous vivons, a été désavoué par les Cliniques universitaires Saint-Luc qui l’emploient. Cette mise au point a été postée sur le réseau social Twitter après la sortie du ministre de la Santé qui, la veille à la TV, jugeait les propos de cet homme incroyablement désinvoltes. Dans la foulée, l’UCLouvain a commenté la situation en disant comprendre mais rappelait son attachement à la liberté du débat scientifique.

Peut-on entendre tous les avis concernant le coronavirus ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites". 

Voici quelques moments forts de l'émission… 

"Il faut une concertation des experts !"

Véronique, une auditrice originaire des Bons Villers, dans le Hainaut, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Je pense que ce serait bien que les experts soient unanimes, qu'ils se concertent et ne nous donnent qu'une seule marche à suivre... Parce qu'en fait, ce qu'il s'est passé avec le Professeur Gala - et je m'insurgeais à chaque fois que je le voyais sur les plateaux télé - c'est qu'il minimisait les choses et donc les citoyens avides de retrouver leur liberté l'ont écouté... Or, on l'a suffisamment répété - contrairement à lui - le masque est utile et protège l'autre. Et personnellement, je préfère écouter des experts du style de Mr. Van Ranst qui est très alarmiste, parce qu'il vaut mieux prévenir que guérir ! Le débat entre les différents experts doit se passer en coulisse et face aux citoyens, le discours doit être unanime !"

"Il faut éviter de se focaliser sur certains avis..."

Du côté d'Arlon, dans la province de Luxembourg, Emile témoigne : "On peut entendre tous les avis, certes, mais il faut éviter de se focaliser sur certains d'entre eux. Ici, on est clairement face à quelqu'un qui a une opinion minoritaire mais qui a l’opportunité de relayer son avis vu sa position dans les sphères scientifiques. Maintenant, on est face à une population qui a beaucoup de mal à accepter de nouvelles mesures et on a systématiquement une voix dissonante... En plus, on parle de débat scientifique mais personnellement, je n'ai jamais entendu ce monsieur avancer un argument scientifique... Il construit son personnage médiatique de contestataire mais c'est tout."

Ce professeur devrait faire un pas de côté plutôt que de continuer à tenir ce genre de propos...

Pour Emile, il faut arrêter de se voiler la face et de minimiser les faits : "Les statistiques et les chiffres sont là et le montrent : nous vivons une deuxième vague ! Donc ce monsieur ne peut pas dire qu'on n'y est pas encore et que ce n'est pas si grave que ça! Il suffit d'aller dans les hôpitaux pour voir ce qu'il se passe en soins intensifs ! Ce professeur devrait faire un pas de côté plutôt que de continuer à tenir ce genre de propos..."

"Chaque professeur a sa vision des choses"

Enfin, direction Blégny, en province de Liège ,où Isabelle conclut : "Je crois qu'on peut tout entendre, chaque professeur a sa vision des choses. Pour moi, le professeur Gala est un des rares scientifiques belges qui se situe au niveau du professeur Raoul, en France. Mais je pense qu'actuellement, dire la vérité n'est plus tolérée. Il y a des malades, certes, mais je connais de plus en plus de gens touchés par le coronavirus et ce qui est sûr, c'est que personne n'est touché de la même manière. Je pense que c'est ça qu'il voulait dire... La seule chose qui dérange, c'est que le professeur Gala a ses idées et que son avis n'est pas dicté par une société pharmaceutique comme la plupart des experts..."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l'émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK