C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Le gouverneur de la Province de Hainaut pourrait imposer l'application de traçage Coronalert

Leila il faut penser aux plus âgés et la télécharger
4 images
Leila il faut penser aux plus âgés et la télécharger - © Tous droits réservés

Le gouverneur de la Province de Hainaut est favorable à l’utilisation obligatoire de l’application de traçage Coronalert, c’est à lire dans les éditions de Sudpresse. C’est officiellement demain que sera lancée l’application qui permet de savoir si on a été en contact rapproché avec une personne contaminée par le coronavirus. Proposée gratuitement au téléchargement, grâce à l’utilisation du Bluetooth, elle détectera de manière totalement anonyme si une personne, qui a encodé un résultat positif dans l’application, a été trop longtemps proche de vous, sans vous dire qui ou à quel moment, mais vous permettra alors d’agir en conséquence.

L’app de tracing, option ou obligation ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites". 

Voici quelques moments forts de l'émission… 

"Je suis pour l'obligation d'installer cette appli"

Leïla, une auditrice originaire de Molenbeek, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Vu mon expérience, je suis pour l'obligation d'installer cette application. J'ai été atteinte du Covid-19, j'ai été gravement malade et hospitalisée pendant 15 jours. Durant cette période, j'ai souvent eu en ligne le service Covid pour tracer mon parcours et il ne s'en sortait pas toujours donc j'avais déjà pensé à l'époque à ce genre de solution. Mais le souci est que les gens sont devenus fort égoïstes et ne signalent pas forcément s'ils sont positifs. Moi-même j'étais entourée de personnes positives qui ne m'avaient pas tenue au courant à l'époque, sous prétexte qu'elles n'avaient pas de symptôme alors que moi, j'étais une personne à risque ! Les gens ne se rendent pas compte que certaines personnes sont bien plus sensibles que d'autres."

Tant que les gens ne feront pas attention aux plus fragiles, ce sera une catastrophe et le coronavirus ne s'arrêtera pas!

Pour Leïla, il faut que les gens soient responsables pour avancer dans cette crise: "Il faut obliger les citoyens à installer cette appli car tant que les gens ne feront pas attention aux plus fragiles, ce sera une catastrophe et le coronavirus ne s'arrêtera pas. Le problème est que les citoyens sont dans la psychose et se croient traqués de partout, ou que c'est une atteinte à la vie privée, alors qu'il s'agit de la santé des gens !"

"Il faudrait plutôt responsabiliser les citoyens"

Du côté de Mons, Nathalie n'est pas du même avis : "Je n'ai déjà pas de smartphone et même si j'en avais un, je serais contre l'obligation d'imposer cette application. Sur le principe, je pense que ça risque de conforter les gens dans un faux sentiment de sécurité... Les nouvelles technologies vont encore une fois envahir la vie des gens et faire le travail à leur place et ça risque de faire en sorte qu'ils soient moins prudents. Je pense que ça vaudrait plus le coup de responsabiliser les citoyens car je suis sûre que beaucoup de personnes devraient être en quarantaine et ne le sont pas."

"Je l'installerai sans aucun souci"

Enfin, direction la région carolo et plus précisément Marcinelle, où Vincent conclut : "Ça ne me dérange pas du tout, je l'installerai sans aucun souci ! Malheureusement, l’incivilité des gens fait que si on leur laisse le libre arbitre, on n'aura pas le pourcentage nécessaire pour avoir un effet efficace donc s'il faut passer par l'obligation, je suis pour. Nous sommes déjà traqués de partout donc ça ne changera rien du tout. C'est la jeune génération qui est surtout équipée et qui est vecteur de la maladie... D'ailleurs, mes adolescents ne vont pas voir leurs grands-parents parce qu'on ne sait pas qui ils ont côtoyé."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l'émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK