C'est vous qui le dites

Plus d'infos

La ville d’Ath discute sur l’avenir du Sauvage, personnage de la ducasse : peut-il rester noir ?

Une réunion s’est tenue à Ath concernant l’avenir du Sauvage, personnage de la ducasse. C’est à la demande de l’Unesco et de la Fédération Wallonie-Bruxelles que la ville d’Ath a organisé une table ronde autour de ce personnage qui est accusé de véhiculer des stéréotypes racistes. Unia, le bourgmestre et des Athois ont pris part à la discussion qui n’a pas encore permis de définir la forme sous laquelle ce personnage reviendra à l’avenir. D’un côté, il est vu comme un personnage folklorique qui porte chance à ceux qui arrivent à le toucher, de l’autre, il véhicule des stéréotypes pouvant conduire à des discriminations tout en ravivant un douloureux passé colonialiste et esclavagiste. Une femme présente à la réunion a expliqué ne pas comprendre comment sa couleur de peau pouvait devenir un masque.

Le Sauvage d’Ath peut-il rester noir ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© KENZO TRIBOUILLARD – AFP

"On peut adapter les traditions à la société actuelle"

Mydlène, une auditrice originaire de Bruxelles, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Je suis une personne noire et je remarque que les personnages noirs comme le Père Fouettard ou le Sauvage sont associés à une image négative. Par exemple, le Père Fouettard vient punir les enfants qui sont méchants. L’image du personnage du sauvage n’est pas positive non plus."

Les traditions, c’est très bien, mais il y a toujours possibilité de modifier quand les choses ne se passent pas correctement

"En se renseignant, le noir est la couleur porte-bonheur, mais pourquoi ne pas la changer si le noir pose problème et amène le débat ? On pourrait remplacer la couleur par une autre qui ne désigne pas une couleur de peau. Je trouve que ces coutumes ne servent à rien, elles ajoutent du questionnement et des problèmes racistes et discriminatoires. Et selon moi, le fond de l’histoire est totalement raciste. On peut complètement adapter les traditions à la société actuelle. Je suis noire et ça me pose de problème que mon fils voie à la télé des personnes noires qui représentent les méchants, les "mauvais"."

4 images
© KENZO TRIBOUILLARD – AFP

"Il faut apprendre l’histoire du personnage "

Depuis Ath, Marie nous partage son avis : "Pour moi, le Sauvage peut rester noir. Historiquement, il représente un Indien lors de la colonisation de l’Amérique, il ne représente pas un Africain. J’ai assisté à la réunion de ce week-end à Ath, nous pouvons comprendre que ça peut blesser certaines personnes, mais il faut réellement apprendre l’histoire du personnage et voir à quel point il a déjà évolué. Si on commence ce genre de débat, on peut retirer beaucoup de choses dans le folklore. Il faut apprendre l’histoire complète et informer nos enfants pour qu’ils comprennent que c’est historique et non discriminant."

4 images
© KENZO TRIBOUILLARD – AFP

"Si on modifie le personnage, le folklore ne sera plus le même."

Le débat se clôture à Mons avec Tim : "Le passé, c’est le passé et on ne sait pas le changer. Tant qu’on y est, on va demander à Saint Georges de ne plus monter à cheval car c’est dangereux pour l’animal et aux Gilles de Binche de ne plus lancer d’oranges car c’est du gaspillage. C’est vrai que le personnage est impressionnant, quand j’étais petit, il me faisait peur. Mais je ne comprends pas pourquoi on veut retirer la tradition. Ce n’est pas du racisme, on ne dénigre pas la personne, et c’est même une fierté de faire le Sauvage. Si on modifie le personnage, le folklore ne sera plus le même."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK