C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

La solution aux bouchons ? Taxer en heures de pointe !

Pour réduire les embouteillages, il faut taxer ceux qui roulent aux heures de pointe. C’est la solution apportée par une étude de l’Université de Louvain. Vous êtes prêts à payer plus pour rouler aux heures de pointe ?

L’info est à lire dans L’Echo aujourd’hui. Une étude de la KU Leuven analyse les moyens de diminuer le trafic routier. Les chercheurs écartent la gratuité des transports en commun parce que selon eux, ça ne s’adresse qu’aux cyclistes et piétons actuels et il ne faut pas promouvoir la voiture électrique car elle poussera encore plus de monde à prendre le volant. La vraie solution se trouve dans une taxation de ceux qui roulent aux heures de pointe. Est-ce que vous êtes prêts à payer plus pour rouler aux heures de pointe ?

Benoît Godart, porte-parole de VIAS, l'Institut pour la Sécurité routière :" Si on veut résoudre les problèmes de mobilité actuels, ce n’est pas une solution qu’il faudra trouver, c’est plusieurs solutions, plusieurs pistes. Ce que les chercheurs proposent est très négatif. Ça veut dire que si vous vous déplacez à l’heure de pointe, vous serez taxé. Or on sait qu’il y a des gens qui doivent absolument commencer à 8h, que leur boulot l’exige et il y a aussi des gens qui travaillent dans des entreprises qui ne sont pas bien desservies par les transports en commun. Tous ces gens-là seront donc punis par rapport à d’autres qui ont plus de chance et qui peuvent éventuellement postposer de quelques instants, quelques heures leurs déplacements. "

Taxer déplacera les embouteillages

VIAS a étudié les conséquences de la désynchronisation des heures de pointe : " Nous avons constaté que pendant quelques années, ça va marcher mais qu’au bout de quelque temps, les embouteillages vont se déplacer. Au lieu d’avoir des embouteillages à 7h, vous allez avoir des embouteillages qui vont durer de 7h à midi parce que tout le monde va déplacer ses déplacements ! Nous préférons les solutions beaucoup plus positives. "

Benoît Godart cite Rotterdam comme exemple. Cette ville récompense les personnes qui entrent dans Rotterdam en dehors des heures de pointe et cette solution a vraiment porté ses fruits.

Problèmes de mobilité : il faut des solutions

Même si les ceux qui roulent pendant les heures de pointe ne perdent pas d'argent, Benoît Godart insiste, " il faut proposer diverses solutions. Il faut vraiment aller tous azimuts pour régler les problèmes de mobilité qui sont très graves en Belgique. On estime qu’un employé sur trois pourrait décaler ses déplacements. Certains le font de temps en temps mais si vous le faites, vous aurez vite fait de constater que là où il suffit de décaler d’une demi-heure il y a dix ans, aujourd’hui, vous devez le décaler d’une heure et demie et peut-être que dans 5-10 ans, vous devrez le décaler de trois heures. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK