C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

La sécurité est-elle prise à la légère à la centrale nucléaire de Tihange ?

Deux incidents constatés en moins de deux mois à la centrale de Tihange, c’en est trop pour Jan Jambon qui en a marre du manque de culture de sûreté là-bas. La sécurité est-elle prise à la légère par le management de la centrale nucléaire de Tihange ?

Interpellé à la Chambre à propos d’incidents mineurs récents à la centrale nucléaire de Tihange, Jan Jambon, le ministre de l’Intérieur en charge de la sécurité des centrales nucléaires, s’est énervé concernant ce qu’il qualifie être un manque de culture de sûreté. Il a annoncé convoquer à nouveau le management d’Engie-Electrabel à ce sujet. La sécurité est-elle prise à la légère par le management de la centrale nucléaire de Tihange ?

Anne-Sophie Hugé, porte-parole d'Engie-Electrabel : "Nous ne prenons pas du tout la sûreté de nos installations à la légère! Tout au contraire; c'est notre priorité de chaque jour, c'est la priorité des 2000 personnes qui travaillent chaque jour sur nos deux sites nucléaires et nous travaillons en permanence pour la renforcer, c'est un travail de tous les jours. Nous avons effectivement entendu la déclaration du ministre au parlement et nous sommes bien entendu à sa disposition pour le rencontrer, nous sommes d'ailleurs régulièrement en contact avec ses équipes et nous pourrons alors donner tous les éclaircissements mais nous ne prenons certainement pas ni la sûreté, ni la sécurité de nos installations à la légère."

Un plan d'action pour renforcer la sécurité

Si ces deux incidents remettent en question la sûreté de la centrale de Tihange d'après Jan Jambon, il faut savoir qu'un plan d'action pour renforcer la sécurité est pourtant en place depuis trois ans et que Engie-Electrabel a bien progressé depuis la mise en place de ce plan comme l'explique Anne-Sophie Hugé : " Pour exploiter une centrale nucléaire, il y a effectivement des règles d'exploitation qui doivent être suivies. Ici, j'aimerais quand même rappeler que la sûreté en tant que telle n'a pas été mise en cause mais ça ne veut pas dire que ces règles ne doivent pas être respectées. Nous avons constaté nous-même que ces règles d'exploitation n'avaient pas été suivie à la lettre et nous l'avons communiqué en toute transparence aux autorités. C'est une nouvelle alerte et nous prenons des actions spécifiques en terme de formation, en termes de rappel des règles. Il faut savoir que ça fait plus de deux ans que nous menons un grand plan d'action pour renforcer cette culture de sûreté sur les sites nucléaires belges. Nous ne prenons pas ça à la légère mais il ne faut pas que ces incidents écartent tout le travail réalisé depuis 2015-2016 qui est un travail en continu dont les résultats sont soumis à l'autorité de contrôle qui a également confirmé que nous avions bien progressé à ce sujet."

La sécurité : une priorité !

Enfin, la porte-parole d'Engie-Electrabel comprend la position du ministre mais tient à rassurer : "Nous l'entendons et nous sommes à sa disposition pour lui donner toutes les explications quant à ces deux écarts. Je ne minimise pas les écarts constatés par nos équipes mais ça ne peut pas être interprété comme un manque général de sûreté car c'est vraiment la priorité de chaque personne qui se rend chaque jour sur les sites de Doel et de Tihange pour faire leur travail, pour produire l'électricité qui couvre en grande partie les besoins de la Belgique. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK