C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

La chanteuse Yseult s'installe à Bruxelles car elle s'y sent bien : notre pays est-il une terre d’accueil exemplaire ?

La chanteuse française Yseult, récompensée aux dernières Victoires de la musique comme révélation féminine, a annoncé s’être installée en Belgique, à Bruxelles, où elle se sent libérée. En France, elle se sentait blâmée pour ce qu’elle était, c’est ce qu’elle a déclaré dans une interview au Guardian. Elle dit de Bruxelles que ses habitants accueillent la diversité à bras ouverts. Elle ajoute que le passé colonial est assumé contrairement à la France où c’est toujours un sujet tabou.

La Belgique est une terre d’accueil, d’ouverture exemplaire ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© Ingus Kruklitis – Getty Images/iStockphoto

"Le racisme existe en Belgique, mais ce n’est pas la norme"

Catherine, une auditrice originaire d’Anderlecht, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "La Belgique est une terre d’accueil et l’a toujours été, je ne vois pas pourquoi ça changerait. Nous vivons avec des personnes d’origines diverses et nous nous entendons tous bien."

Je connais beaucoup de personnes d’origines différentes, ça ne nous empêche pas d’être de bons amis

"Je trouve que le racisme ici en Belgique se situe plutôt entre les Flamands et les Wallons. Si on parle français en Flandre, on ne nous répondra pas, par exemple. Mais le racisme avec les étrangers dépend des communes où on se trouve. Ici à Anderlecht, il n’y a aucun problème. Je pense qu’à part quelques exceptions, on ne vit pas le racisme en Belgique. Il existe bien sûr, mais ce n’est pas la norme, on ne le ressent pas."

4 images
© Shelly Perry – Getty Images/iStockphoto

"L’ouverture à la diversité n’est pas la même à Paris, à Bruxelles ou en milieu rural"

Du côté d’Erquelinnes, Patrick nous fait part de son opinion : "Nous sommes ouverts à la diversité, mais ça dépend où en Belgique. Je vis ici dans un environnement rural, à quelques pas de la frontière française. Avant la crise sanitaire, j’avais l’habitude d’aller boire mon café du matin dans un petit café français à côté de chez moi. Je m’y sens parfois très mal à l’aise car les Français savent flatter leur ego, mais lorsqu’un malheur leur tombe dessus, ils remettent la faute sur les étrangers. Il y a plus de racisme dans les milieux ruraux français que belges : je n’ai pas ce sentiment quand je suis dans un café belge. Je peux vous assurer qu’entre Paris, Bruxelles ou le milieu rural, l’ouverture à la diversité est complètement différente."

4 images
© PeopleImages – Getty Images

"On s’entend tous bien, peu importe l’origine"

On clôture le débat avec Clémentine à Anderlecht : "Je suis allée à Nice pendant les vacances et chaque fois que je rentrais dans un magasin, on me demandait ce que je pense de la ville. Je répondais que je m’y sentais très bien, et ils étaient étonnés : "Vous trouvez que les Français sont gentils ?". En fait, je pense qu’ils se tirent eux-mêmes une balle dans le pied en disant qu’ils sont désagréables. Ici à Anderlecht, tout le monde s’entend bien, peu importe l’origine. C’est peut-être différent en Flandre, mais je pense vraiment que la Belgique est un pays d’accueil. En France, ils sont toujours dans le jugement."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK