C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

L'expert du débat : "Un tampon se porte de 4 à 6h grand maximum et jamais la nuit !"

L'expert du débat : "Un tampon se porte de 4 à 6h grand maximum et jamais la nuit !"
L'expert du débat : "Un tampon se porte de 4 à 6h grand maximum et jamais la nuit !" - © Image Source - Getty Images/Image Source

Une jeune femme de 17 ans a perdu la vie à cause d’un tampon. La famille veut informer tout le monde des risques. Les dangers des tampons sont-ils assez connus ?

Une jeune femme de Somzée, âgée de 17 ans, a perdu la vie il y a quelques jours en raison d’un choc toxique causé par son tampon. Lorsqu’elle s’est rendue aux urgences en raison des douleurs qu’elle ressentait, les médecins ont à deux reprises diagnostiqué une gastro-entérite avant de finalement déceler un choc septique trop tardivement, rien n’a pu être fait pour sauver la jeune femme. Rapidement, la famille communique sur les réseaux sociaux un message à destination de tout le monde, femmes, jeunes filles, personnel médical : " Réfléchissez à vos protections s’il vous plait ".

Les dangers des tampons sont-ils assez connus ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans " C’est vous qui le dites ".

Voici quelques moments forts de l’émission…

"Les médecins ne sont pas former à identifier ce syndrome..."

Selon l’expert du débat, Elise Thiebaut, auteure du livre "Ceci est mon sang", on ne communique clairement pas assez au sujet du syndrome du choc toxique : "On sait que cela ne représente qu’une vingtaine de cas répertoriés en France, cependant, il y a probablement un grand nombre de cas qui passe en-dessous des radars… Parce qu’il y a très peu d’informations et que les médecins ne sont pas formés à identifier le syndrome du choc toxique et l’information donnée par les fabricants de tampons est insuffisante, elle est en tout petits caractères. "

Mieux vaut prévenir que guérir… Elise Thiebaut met en garde face à différents symptômes : " C’est très clair : si on a de la fièvre, des vomissements ou encore des douleurs abdominales alors qu’on a un tampon, on doit immédiatement l’enlever et se rendre chez un médecin en disant qu’on soupçonne un éventuel choc toxique ! Plus la prise en charge est rapide, plus on a de chance d’en guérir sans séquelle. Car les cas mortels sont des cas où les médecins n’ont pas identifié/diagnostiqué le syndrome du choc toxique. "

Enfin, l’auteure conclut avec des conseils à prendre en compte : " Il ne faut pas bannir le tampon mais il y a des règles d’utilisation simples : on ne dort jamais avec un tampon et en journée, on le garde sur soi de 4 à 6h grand maximum ! "

Retrouver l’intégralité de son interview sur Auvio.

L’avis des auditeurs…

Du côté des auditeurs, si certains sont tout à fait au courant des risques, d’autres les ont appris durant notre émission...

Saloua, une auditrice originaire de Molenbeek, fait partie des femmes qui sont au courant des risques du tampon et a décidé de le bannir : " Je pense que les gens sont avertis en lisant la boîte mais encore faut-il la lire et être un consommateur averti... Si les gens ne le font pas, c’est triste d’en arriver là. Personnellement, j’utilise une serviette hygiénique en tissu lavable ou des serviettes portant le label écologique pour éviter tout risque. "

Depuis Merbes-le-Château, Laeticia, elle, n’en avait jamais entendu parler : " Je n’étais pas du tout au courant mais je vais aller chez mon médecin parce que j’ai ce genre de symptômes et suis très inquiète... Malheureusement, je ne fais pas assez attention à ce qui est noté sur les boîtes de tampons mais je vais changer mes habitudes et me renseigner un peu plus sur ce que j’utilise au quotidien. "

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK