C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

L'expert du débat : "L'école doit réduire ses frais, il y a des coûts qu'il faut laisser tomber légalement"

L'expert du débat : "
L'expert du débat : " - © Tous droits réservés

Le PTB ne veut plus que les écoles fassent appel à des huissiers pour récupérer des sommes impayées auprès des parents. Comment une école peut récupérer l’argent qui lui est dû ?

Selon l’Association Belge de sociétés de Recouvrement, 11 600 dossiers ont été ouverts par des écoles en 2018 pour récupérer des sommes impayées. Ce matin, dans les éditions de Sudpresse, on peut lire que le PTB va déposer une résolution au parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour interdire ce procéder qui engendre une augmentation importante de la dette. Exemple donné dans l’article : une note de garderie impayée de 4€ est passée à 611€.

Comment une école peut récupérer l’argent qui lui est dû ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans " C’est vous qui le dites ".

Voici quelques moments forts de l’émission…

"L'école est obligatoire et il est prévu dans la constitution qu'elle soit gratuite"

Christine Mahy, secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, est intervenue en tant qu'expert à ce sujet sur notre antenne : "Je pense qu'aune école ne devrait jamais avoir recours à un huissier ou à une société de recouvrement pour plusieurs raisons : l'école est obligatoire et il est prévu dans la constitution qu'elle soit gratuite. D'une part, la gratuité devrait être prévue et d'autre part, à partir du moment où on estime que les écoles deviennent des établissements commerciaux - parce que quand on fait appel à des huissiers et des sociétés de recouvrement, c'est qu'on estime que c'est un objet commercial - et bien, j'estime qu'on détourne l'école de son objectif et de ce qu'elle doit représenter dans la société."

Face aux frais trop élevés pour certains, Christine Mahy pense que "l'école a la possibilité de faire des choix pédagogiques intelligents en diminuant les frais pour ne pas surcharger les frais scolaires." Elle souligne par ailleurs que "les parents ne cherchent pas à ne pas payer l'école mais quand vos revenus ne vous le permettent pas, quand l'école coûte beaucoup trop cher et quand toutes les législations qui ont été signées nous engagent à aller vers la gratuité, il y a quelque chose de paradoxal que de considérer l'école comme un objet de commerce, ce que ça n'est pas ! En envoyant des huissiers, les familles voient les frais et la honte augmenter. Or, notre État doit garantir à tous les enfants de pouvoir fréquenter l'école - qui est obligatoire jusqu'à 18 ans - avec facilité car c'est un pilier de la société."

Enfin, la secrétaire générale du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté conclut: "L'école doit travailler à la réduction de ses frais, il y a des coûts qu'il faut laisser tomber légalement car il y a des règles à respecter.[...] Il faut trouver des solutions solidaires et plus justes pour tous les enfants."

Retrouvez l’intégralité de son interview sur Auvio.

L’avis des auditeurs…

Du côté des auditeurs, les avis sont partagés...

Chantal, une auditrice originaire de Woluwe-Saint-Pierre, a été institutrice pendant 45 ans et voudrait tempérer les choses : "L'enseignement est gratuit mais pas les services. Or, quand on a besoin de surveillants pour les garderie ou encore les temps de midi, c'est à l'école à payer ces services. Alors chez nous, quand on avait des vacances scolaires, certains parents payaient plus que d'autres pour que tout le monde puisse partir. [...] Maintenant, les familles qui, en fin d'année, disparaissent avec des dettes de 1000€, alors oui, là, on envoie les huissiers entre 6 mois à un an après. Mais c'est le cas extrême ! En général, il suffit d'être solidaire et de trouver des solutions parce qu'on sait que ce n'est pas facile pour tout le monde."

Enfin, du côté de Liège, Yves a vécu une triste expérience avec les huissiers quand sa fille était en primaire : "j'allais conduire ma fille à l'école et on me demandait de payer une somme dérisoire et on menaçait d'envoyer l'huissier chez la maman sans essayer de dialoguer. Il fallait payer point. Il n'y avait pas de discussion possible. Alors que de mon temps, quand les élèves n'avaient pas d'argent, les parents se cotisaient. L'école est réputée gratuite mais je me demande où est cette gratuité... Personnellement, on a fini par m'envoyer un huissier et pour payer mon dû, j'ai vendu quelque chose, je n'ai pas laisser saisir. Même si on m'a dit que c'était interdit... Je pense que l'école aurait pu m'aider et échelonner mon dû."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK