C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Karmin : " La solution serait d'organiser les rencontres à huis clos ! "

Ce qui devait être un simple match de basket entre jeunes ados a dérapé… Des parents en sont venus aux mains car ils n’étaient pas d’accord avec la tactique du coach.

C’est dans La Nouvelle Gazette que l’on peut lire cette histoire ce matin. Ce week-end, en U14, un match de basket opposait le Spirou Basket à l’U.S. Lambusart. La technique de défense du coach de Lambusart est critiquée par un parent de l’équipe adverse en fin de match et là, les choses dérapent… Bagarre entre adultes sur le terrain pendant que les enfants sont en pleurs, dans l’incompréhension face à cette situation. Cet événement ne serait pas isolé ; lors de certaines rencontres, des parents sifflent et huent l’équipe adverse dès le début du match. Les parents doivent-ils se mêler du sport de leur enfant ?

Les parents doivent-ils se mêler du sport de leur enfant ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites !"

À ce propos, Karmin de Perwelz a été entraîneur de football pendant 38 ans et pense avoir une solution au problème : " Il y a certains parents qui venaient me trouver pour me demander de placer son fils à telle ou telle place sur le terrain. J'ai toujours dit que chacun devait avoir sa place. L'enfant sur le terrain, l'entraîneur autour des enfants pour les diriger et les parents autour du terrain pour les encourager. Si l'entraîneur donne des indications aux joueurs dans les vestiaires, l'enfant comme il est très jeune, va se concentrer là-dessus. Le problème c'est que, quand il remonte sur le terrain, le parent qui n'a pas entendu les directives données par l'entraîneur dit à l'enfant de faire le contraire. Donc, de nombreuses fois, je voyais l'enfant se tourner vers moi en se demandant quelle personne il devait écouter : le parent ou le coach ? Une telle situation déstabilise complètement l'enfant ". 

Pour Karmin, tout dépend de l'expérience des parents par rapport à la discipline : " Si cette personne a joué à ce sport ou a pratiqué le poste d'entraîneur, alors pourquoi pas avoir un dialogue avec le coach. Moi, en tant que coach, j'étais ouvert à la discussion. Il y a des parents qui n'ont jamais pratiqué le sport et qui font des commentaires innaceptables. J'ai même connu des parents où l'enfant, après son entraînement, rentrait dans le véhicule de son papa qui lui donnait une note pour son match. Un jour il lui mettait 8/10 et un autre 9/10 ".

Face à cette problématique, Karmin pense avoir une solution au problème : " Ma façon de travailler était très carrée au niveau du respect de la discipline et du fair-play. Si ça ne tenait qu'à moi, je ferais des rencontres à huis clos et c'est malheureux parce qu'on ne peut pas mettre tous les parents dans le même sac..."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK