C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Joël Rubinfeld : " Si on en vient à utiliser de tels propos, on n'a pas sa place dans le jeu politique "

temporary-20190426105000
temporary-20190426105000 - © Tous droits réservés

Un bourgmestre bruxellois a comparé sur une chaîne saoudienne le fichage du plan canal au fichage des juifs avant de les envoyer dans les camps de la mort. La comparaison est juste ?

Les propos tenus par un élu bruxellois ont créé une véritable polémique sur les réseaux sociaux. Dans une interview diffusée sur une chaîne saoudienne, il revient sur le fichage des enfants fréquentant des écoles coraniques au début du plan canal, mis en place après les attentats de Paris pour lutter contre la radicalisation, en le comparant à une autre période sombre de l’histoire quand les Allemands avaient commencé à faire du fichage pour connaître l’identité des juifs avant de les envoyer dans les camps de la mort. Il dénonce également les interventions des policiers qui gardent leurs chaussures dans les mosquées le jour de la prière.

La comparaison est-elle juste ?

Joël Rubinfeld, président de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme : " Ces propos et cette comparaison sont tout à fait scandaleux. Monsieur Kir est coutumier de ce genre de dérapage. Si on en arrive à utiliser ce genre de propos, ce genre de référence historique dans une campagne électorale, je pense qu’on n’a pas sa place dans le jeu politique. Quand on entend ce que Mr. Kir dit au sujet du fichage des enfants musulmans qui fait référence au fichage des enfants juifs durant la Seconde Guerre Mondiale, dans sa logique, il faut bien comprendre que c’est l’étape préliminaire aux rafles, à la déportation et enfin, à l’extermination ! Soit Mr. Kir est ignare, soit il est malveillant mais dans les deux cas de figures, cette personne est indigne d’exercer un mandat politique. La comparaison qu’il fait à la télévision saoudienne est très précise et assumée. C’est quelque chose de très inquiétant. Probablement que ce genre de propos trouve un certain accueil favorable auprès d’un certain public. Ce genre de propos constitue à long terme une menace pour notre démocratie parce que c’est une perte de repères absolue. Le service juridique de la Ligue Belge contre l’Antisémitisme étudie le dossier pour voir s’il y a lieu de porter plainte contre Mr. Kir sur base de la loi de 1995 contre le négationnisme parce qu’il participe à la banalisation de la Shoah. Au niveau de la responsabilité politique, quid de son parti, quid des instances socialistes par rapport à l’un de ses élus? qui plus est bourgmestre d’une commune bruxelloise? et tient ce genre de propos ? Est-ce que le PS désavoue Mr. Kir, l’exclut, prend position sur ces propos qu’il a tenus ? La balle est dans le camp des socialistes. "

Une comparaison qui divise

Bouziane de Charleroi est de confession musulmane et est un peu d'accord avec cet élu politique : " Quand je vois l’acharnement sur la majorité de la communauté, je trouve que c’est une peu exagéré. C’est un peu choquant mais c’est pour attirer l’attention sur la communauté maghrébine. Ceux qui ont commis les attentats de Bruxelles et de Paris n’ont rien à voir avec la religion, ce sont des gens qui étaient dans la délinquance totale, qui, du jour au lendemain, se convertissent et qui, au nom d’Allah, font des carnages. Ce n’est pas un dérapage. Je pense qu’il veut attirer l’attention et nous mettre en avant sur la communauté musulmane. "

Du côté de Liège, Thierry ne partage pas du tout l'avis de Bouziane, rien ne justifie de tels propos : " Cette comparaison n’est pas du tout juste. Ça m’a énervé et choqué. Ce monsieur essaye de faire dans le communautarisme. C’est son électorat, c’est le petit vizir de sa petite commune bruxelloise. Tout ce qu’il fait, c’est plus de dégâts qu’autre chose parce qu’il veut attiser le feu là où il faudrait plutôt tempérer la situation. On sait qu’il y a un terreau dans la population arabo-musulmane au niveau du terrorisme. Le Plan Canal en est la preuve. Il n’y a pas d’élément commun. Ses propos sont une insulte, il est en train de comparer quelque chose qui est incomparable. Ça nécessite plus que des excuses, il doit faire un pas de côté et devrait être condamné par les instances politiques du parti socialiste et par le monde politique de manière générale. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK