C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Jeanine : « Ils pourraient demander au prêtre de prier dans l’église, ça c’est de l’intégration ! »

Jeannine : « La solution : qu'ils aillent prier dans les églises ! »
Jeannine : « La solution : qu'ils aillent prier dans les églises ! » - © Tous droits réservés

La mosquée d’Arlon étant trop petite pour accueillir tous les fidèles pendant le Ramadan, certains veulent aller prier dans la rue. Exceptionnellement, pendant le Ramadan, c’est une solution ?

En cette période de Ramadan, l’espace dont dispose la mosquée d’Arlon est trop petit. Les prières doivent se faire dans les couloirs, dans les jardins, devant les toilettes, dans les caves… Les fidèles sont plus nombreux que d’habitude, surtout le vendredi. La concentration est tellement importante, qu’on peut lire ce matin dans La DH Luxembourg, que certains veulent aller prier dans la rue.

Exceptionnellement, pendant le Ramadan, c’est une solution ? C’est la question qu’on vous posait dans « C’est vous qui le dites ».

Pour Jeanine de Jette, c’est un non catégorique : « C’est un problème qui existe depuis longtemps. Puisqu’ils veulent tellement s’intégrer, pourquoi ne pas leur céder nos églises qui sont vides ? Ce serait un pas en avant pour l’intégration. On peut prier chez soi aussi. C’est un problème, si vous êtes dans une rue passante et que vous bloquez la circulation. Je présume que pour prier, il y a des endroits publics, il y a des parcs ! Pourquoi aller dans la rue, pour se faire remarquer ? Ce n’est pas partout la même chose, ils ne veulent peut-être pas. Ils pourraient, vu que c’est qu’une fois par année, demander au prêtre ou au doyen pour pouvoir prier dans l’église, ça c’est de l’intégration, ça c’est un beau geste ! »

Afficher son culte dans l’espace public

À Berchem-Sainte-Agathe, Eric explique que c’est une pratique très courante dans sa commune : « Régulièrement, il y a une rue qui est fermée par des barrières nadars et la police le vendredi et les gens prient sur la chaussée parce qu’apparemment, la mosquée est trop petite. Il y a eu d’autres problèmes à propos de l’installation d’une mosquée dans un grand immeuble qui était affecté à la zone commerçante. Ça se passe bien, il n’y a pas d’émeute. »

Robert de Fleurus estime qu’il ne faut pas faire d’exception par respect pour les autres religions : « Je serais contre. Dans un souci d’équité des autres cultes, on a demandé aux catholiques de ne pas exhiber leur crucifix, leur croix sur eux, on a changé les fêtes de Noël et de Pâques pour ne pas froisser certaines susceptibilités… Je trouve que si on ne peut pas montrer son culte dans la rue, alors ils peuvent prier chez eux, c’est aussi valable que d’aller à la mosquée non ? Ça commence par une fois et l’année prochaine, il y aura encore plus de personnes et ce sera chaque année l’exception. »

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook « C’est vous qui le dites ».

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK