C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Jean depuis un home: "Certains résidents sont très agressifs!"

Jean depuis un home : "Certains résidents sont très agressifs !"
Jean depuis un home : "Certains résidents sont très agressifs !" - © Tous droits réservés

Une aide-soignante dans une maison de repos explique que sous la pression, il est possible d’en venir involontairement aux mains avec les seniors. À cause du stress, on peut être violent involontairement ?

Dans les maisons de repos, des violences sont dénoncées tous les deux jours, c’est une info à lire dans les éditions de Sudpresse. Dans de nombreux cas, c’est la famille elle-même qui est à l’origine de cette violence mais une aide-soignante témoigne des difficultés du métier. Elle explique que les équipes sont soumises à un rythme de travail trop important et qu’en étant à bout, il est possible de faire usage de mots violents ou d’en venir aux mains involontairement. À cause du stress, on peut être violent involontairement ?

Jean de Charleroi réside dans un home et dénonce des faits inverses : "Je n'ai jamais été violenté là où je suis... Et je ne pense pas que ça se soit déjà produit ici, du moins depuis que j'y suis. Par contre, je constate que pas mal de résidents sont extrêmement désagréables et même odieux vis-à-vis du personnel. Maintenant, je ne cautionne pas la violence mais je crois que je comprends que ça puisse arriver... Tellement certaines personnes peuvent être odieuses ! J'entends quelques fois des résidents et notamment l'un d'entre eux la nuit dans une chambre pas loin de la mienne et je l'entends injurier le personnel mais je n'entends pas la réponse des soignants car eux parlent relativement normalement tandis que le résident en question hurle ! Ce ne sont pas des attitudes agaçantes mais agressives envers le personnel."

La violence est surtout verbale...

Jennifer est aide-soignante et originaire de Charleroi. Elle est intervenue sur notre antenne ce matin pour nous raconter son expérience dans le métier : "Cela ne m'est jamais arrivé... Je trouve ça inadmissible et inacceptable ! Cela fait onze ans maintenant que je travaille en maison de repos et il ne m'est jamais arrivé de craquer même sous le coup de la pression ! Maintenant, bien sûr, on peut avoir un ton plus sec avec les résidents parce qu'il y en a quelques uns qui peuvent nous mettre à bout mais il faut savoir leur parler et trouver les mots adéquats. Je pense que quand on choisit ce métier, on sait ce qui nous attend et que ce ne sera pas toujours facile... Les caractères ne sont pas toujours les mêmes et certains sont malades... Moi, je n'ai jamais craqué mais par le passé, j'ai vu certains comportements qui n'étaient pas adéquats mais c'était surtout dans la parole, aucune violence physique mais des violences verbales, j'en ai déjà entendues."

Du côté de Gilly, Loredana, qui s'est occupée de sa grand-mère pendant un mois en est déjà venue aux mains avec elle : "J'ai tenu ma grand-mère pendant un mois, étant enceinte de sept mois. Je ne dormais pas beaucoup, j'étais énervée et une nuit quand elle m'a appelée, j'ai vu noir et je l'ai secouée et je lui ai demandé d'arrêter de crier et d'appeler son mari qui était mort. Donc oui, ça peut arriver. Mais j'ai regretté, je m'en suis voulue, j'en ai pleuré... Mais ça peut arriver quand on est à bout." Si Loredana cautionne cela en famille, elle refuse que cela arrive dans les homes de la part du personnel : "Faire ça à d'autres personnes que la famille ça ne doit pas arriver! Je l'ai fait pour que ma grand-mère se calme même si je l'avoue, ce n'était pas le meilleur moyen de la secouer un bon coup pour qu'elle revienne à elle... Mais si mes parents étaient dans un home, je ne voudrais pas qu'on leur donne une claque."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK