C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 11:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Hervé : " Si le locataire n'a pas d'autres garanties, ça sera un refus ! "

Demain sera voté au Parlement wallon le décret bail d’habitation qui prévoit entre autres qu’un propriétaire puisse demander la preuve de paiement des trois mois de loyers précédents, ce qui est critiqué.

C’est une des mesures du décret qui entrera en vigueur en Wallonie le 1er septembre. Ce décret défini les données qu’un propriétaire pourra demander à un candidat. En plus des noms et prénoms, adresse, numéro de téléphone ou adresse e-mail, la composition du ménage, le propriétaire pourra également demander la preuve de paiement des 3 derniers loyers et l’état civil. Ce sont ces deux points particuliers qui sont critiqués par le PS dans Sudpresse aujourd’hui. Est-ce que c’est un problème de prouver le paiement des loyers précédents ?

Est-ce que c’est un problème de prouver le paiement des loyers précédents ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ! "

À ce propos, Hervé de Mons : " C'est nécessaire de demander la preuve des paiements réguliers des trois mois précédents. C'est quelque chose que je faisais déjà régulièrement. Je demandais une preuve de salaire ainsi que la preuve que l'argent arrivait bien sur le compte. Maintenant, avec internet, les locataires fournissent parfois des fausses preuves de salaire. Si c'était possible, je réclamais même le numéro de téléphone de l'ancien propriétaire et les raisons pour lesquelles les locataires avaient quitté le logement. Si la famille s'agrandit où si elle doit changer de région pour le boulot, ce n'est pas un souci. Mais, parfois, on s'interroge sur le pourquoi. Pourquoi des personnes quittent une maison et déménagent trois rues plus loin ? ".

Hervé est propriétaire et mis à part un problème, tout va bien : " J'ai quatre appartements dans la région de Mons. Je dois avoir perdu 3000 euros mais je trouve que c'est correct. Il faut savoir que les juges de paix sont très rapides. Quand il y a un problème, c'est l'histoire d'un mois. Vous donnez un papier le 5 octobre, vous êtes convoqué le 20 et parfois la personne doit quitter l'appartement le 1er novembre. Je dirais que ma méthode est efficace à 80% et j'estime que perdre 3000 euros sur plus de 20 ans, ça fait partie du jeu ".

Que faire quand un propriétaire est confronté à un jeune qui quitte le domicile de ses parents et qui se lance dans la vie ? " Dans ces cas-là, je demande que les parents signent le bail avec lui. C'est-à-dire que si le jeune n'est pas en mesure de payer le loyer, j'ai la garantie que les parents le pourront ". Et pour quelqu'un qui est face à des difficultés dans la vie ? " Pour moi, la première chose à faire, c'est d'aller trouver un logement social. Je propose des loyers entre 500 et 600 euros. C'est un fait que, ceux qui se reconstruisent, devront faire un prêt pour acheter un salon, une télévision ou d'autres choses. Cela va donc quand même être difficile de payer le loyer si les personnes gagnent seulement entre 1400 et 1500 euros par mois. Ils ne doivent pas forcément aller trouver une association mais, si une amie ou des parents signent le bail avec la personne, ça ne me pose aucun problème tant qu'il y a une somme suffisante pour payer mon loyer ".

Si le futur locataire n'a pas d'autres garanties, ce sera un refus pour Hervé : " Ça sera un refus si le locataire ne me présente pas d'autres garanties ". Mais, pour Hervé, cette manière de fonctionner ne constitue pas une discrimination : " Ce n'est pas de la discrimination mais il faut bien se rendre compte que j'ai un emprunt à la banque et que la banque n'en a strictement rien à faire que je doive récupérer de l'argent. Je paie un cadastre, je paie un prêt donc c'est moi qui doit sortir ça de ma poche. Je suis donc obligé d'avoir une gestion complexe avec ce système-là ".

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK