C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Geneviève : "Je ne dénoncerais pas le chauffeur, on n'est pas en 1940 !"

Geneviève : "Moi je ne dénoncerais pas le chauffeur, on n'est pas chez Hitler ici !"
Geneviève : "Moi je ne dénoncerais pas le chauffeur, on n'est pas chez Hitler ici !" - © Tous droits réservés

Un passager des bus TEC filme les chauffeurs qui passent des appels au volant et envoie la vidéo à la direction pour les dénoncer. C’est important de dénoncer toutes les fautes des chauffeurs de bus ?

Depuis deux ans, un usager des TEC s’est lancé dans un combat qu’il raconte dans les éditions de Sudpresse ce matin. À chaque fois qu’il voit un chauffeur qui passe un appel alors qu’il conduit le bus, il photographie ou filme et dénonce la situation auprès de la direction. Sa dernière vidéo montre un chauffeur qui discute en appel vidéo tout en poursuivant son parcours. Il constate également régulièrement que les limitations de vitesse ne sont pas respectées afin de rattraper un retard.

C’est important de signaler toutes les fautes des chauffeurs ? C’est la question que l’on vous posait ce matin " C’est vous qui le dites".

Geneviève, une auditrice originaire de Durbuy, est intervenue sur notre antenne : "Je ne ferais certainement pas ça ! Dénoncer, mais on se prend pour qui ?! Un acteur de la rafle en 1940 ? Ok, il y a danger public avec un GSM au volant mais est-ce qu'il ne pourrait pas avoir une oreillette à la place ? Moi si je vois ça, je ne le dénonce pas, on n'est pas chez Hitler ici ! Je ne dirais rien ! Je le dirais directement au chauffeur qu'il risque une amende voire de perdre son boulot mais je ne le dénonce pas."

"J'ai essayé le dialogue et puis, j'ai dû passer à la délation..."

Direction Vottem où Marc, un auditeur, a travaillé comme chauffeur TEC : "J'ai essayé le dialogue et puis, j'ai dû passer à la délation... Un jour, à 50 mètres de son terminus, je me suis fait couper la priorité par un chauffeur TEC avec son GSM à l'oreille. Je n'ai absolument rien dit. Ensuite, je suis allé faire quelques emplettes et qui était derrière moi à la caisse ? Ce fameux chauffeur TEC ! J'en ai donc profité pour lui dire qu'il ne m'avait pas raté et je me suis fait insulter de tous les noms d'oiseaux possibles et imaginables à la caisse et il m'a même dit qu'on pouvait arranger ça sur le trottoir ! Alors que j'ai 15 ans de TEC et que je suis chauffeur de car international en tourisme. Je n'ai pas relevé ses menaces mais le dialogue était impossible avec ce chauffeur. Donc j'ai pris le numéro de son bus et toutes les informations nécessaires pour l'identifier et écrire au TEC. Trois semaines après, j'avais un courrier qui me signalait que le chauffeur avait été sanctionné. Alors je conseille toujours aux gens d'essayer le dialogue tout d'abord mais après, si ce n'est pas possible, autant dénoncer. Et puis, autant dire la vérité, sur Liège : 90% ont des écouteurs dans les oreilles alors que c'est interdit... Faudrait m'expliquer comment ils peuvent s'adapter aux bruits extérieurs!" 

Enfin, à Beyne-Heusay, Pascal conclut : "Premièrement, les chiffres officiels des TEC le disent clairement : la surveillance et la répression sont importantes chez eux et chez les forces de l'ordre. Deuxièmement ; toute entreprise qui emploie des chauffeurs routiers ou TEC est légalement tenu de faire suivre une formation particulière à ses chauffeurs : le CAP (Certificat d'aptitude professionnelle). Et ce, dans le but de sensibiliser les chauffeurs à sa sécurité et à celle des usagers. Ce certificat figure sur le permis de conduire. Après, il y a des gens pour surveiller et encadrer donc je n'irais pas jusqu'à les dénoncer surtout qu'on sait très bien que la vie des chauffeurs n'est pas toute rose, il y a beaucoup d'agressions etc. Et puis, il y a des caméras de surveillance qui peuvent servir à dénoncer ça aussi. Mais il y a des brebis galeuses partout... Ce n'est pas parce que quelqu'un dénonce que tout le monde doit le faire."

N’hésitez pas à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK