C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Gemaëlle Corsini : " C'est quelque chose qui renforce les stéréotypes de genre voire la culture du viol ! "

Une plainte a été déposée au CSA contre Luc Maton qui clôturé le JT de Télésambre, lundi dernier, avec cette phrase : " Demain, il y aura encore quelques orages mais toujours des températures très chaudes, de quoi porter des petits décolletés sur la place de la Digue sur le temps de midi. "

Luc Maton est visé par une plainte au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, le CSA, c’est ce que l’on apprend dans La Nouvelle Gazette aujourd’hui. C’est une phrase prononcée en fin du JT local de Télésambre qui est au cœur du problème. Suite à ce passage, certains accusent Luc Maton d’avoir tenu des propos sexistes, d’autres parlent d’une touche d’humour. Le présentateur et rédacteur en chef de Télésambre a présenté ses excuses alors que la chaîne a annoncé se désolidariser de ce genre de propos.

Propos sexistes ? Humour ? Cette phrase vous dérange-t-elle ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites "

Gemaëlle Corsini, coordinatrice et gestionnaire de projets au sein de l'ASBL Maison plurielle : " C'est une forme d'humour mais c'est un humour qui renforce le stéréotype de genre et, c'est ça qui est dérangeant dans cette phrase qui clôture un JT carolorégien. Cela peut être perçu comme une petite note de sympathie mais c'est clairement une brimade sexiste. Je pense effectivement que ça peut aller jusqu'à une plainte et je pense également que c'est défendable. Par rapport à cette plainte, à l'heure actuelle, la ville de Charleroi et le tissu associatif autour s'est engagé à lutter contre le sexisme sous toutes les formes. On s'indigne d'entendre ce genre de réflexion et, même si c'est de l'humour, c'est à nouveau une phrase qui renforce les stéréotypes de genre voire la culture du viol. C'est par là que ça commence en tout cas ".

Quelles sont les attentes par rapport à la plainte ?

" Personnellement, en tant que femme et en tant que représentante de mon ASBL, j'attends beaucoup de choses : qu'il y ait des améliorations, des formations peut-être autour de ce qu'est le sexisme. Je pense qu'il y a encore des zones qui sont nébuleuses pour tout un chacun. D'ailleurs c'est quelque chose, en tant qu'ASBL, que nous pouvons proposer dans le cadre de nos missions et qui nous incitent à travailler sur ce phénomène. Je ne sais pas si j'attends une sanction mais en tout cas il faut qu'il y ait un vecteur de changement à travers cette plainte. Je pense sincèrement que ça pourrait faire évoluer les choses ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK