C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Fin de carrière pour Jenny, commerçante : les règles sanitaires comptent-elles encore ?

Jenny, 81 ans, qui tient un petit magasin d’alimentation à Sart, près de Verviers, est épuisée par les critiques de l’AFSCA. Une pétition a été lancée pour la défendre. Ce que reproche l’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire, c’est entre autres de vendre des œufs fournis sans facture et sans traçabilité, de vendre des aliments périmés, de disposer des produits alimentaires au sol et de proposer à la vente des boîtes de conserve cabossées. Des habitants de Sart se mobilisent pour défendre la gérante en expliquant qu’elle gère simplement son épicerie à l’ancienne et qu’il ne faut pas s’acharner sur elle en fin de carrière, c’est à lire dans La Meuse Verviers.

En fin de carrière, les règles sanitaires ne comptent plus ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

 
3 images
Jenny, commerçante de 81 ans, est épuisée par les critiques de l’AFSCA © Jackyenjoyphotography - Getty Images

"Je sens bien avec mon nez si un produit est encore bon ou pas"

Danielle, une auditrice originaire de Melsbroek, dans la province du Brabant flamand, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "Je ne dis pas qu’on doit oublier les règles sanitaires, mais il faut aussi voir comment l’Afsca procède dans ses contrôles. Pour moi, c’est une agence qui a été mise en place pour détruire les petits commerçants." 

On ne les voit pas souvent dans les grandes surfaces

"Dans le grand magasin où je fais mes courses, je vois très souvent des paquets de charcuterie gonflés et dont la couleur est différente. Je prends ces paquets et je les ramène discrètement chez le boucher. Je ne fais pas de scandale car ce magasin est proche de chez moi et je ne veux pas qu’il ferme.
Des gens sont peut-être tombés malade à cause de produits périmés, mais j'ai 74 ans et quand j’ouvre un paquet de jambon, je sens avec mon nez s’il est encore bon ou pas. Les jeunes de maintenant, dès qu’ils voient un produit périmé, ils le jettent alors qu'on sait très bien que les dates de péremption sont là pour un roulement économique, qu’ils ne sont pas spécialement mauvais. Pour moi, l’Afsca va trop loin."

 

3 images
Jenny, commerçante de 81 ans, est épuisée par les critiques de l’AFSCA © d3sign - Getty Images

"On a tous déjà acheté un paquet de salade périmée"

Pour conclure, Mathieu de La Louvière nous dit que les règles sanitaires comptent, mais que l'Afsca s'acharne sur le magasin de Jenny : "Ils ont fait plusieurs contrôles chez elle alors que dans les grandes surfaces, je n’ai jamais croisé de contrôleurs. Alors oui, des gens sont tombés malades, mais on a tous déjà acheté un paquet de salade périmée en grande surface, ce n'est pas pour autant qu'on en parle dans la presse pour dire de faire attention à tel ou tel magasin. C'est la même chose au sujet des boîtes de conserve : combien ne sont pas abîmées dans les commerces ? On les achète quand même et la denrée n’en est pas moins bonne."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK