C'est vous qui le dites

Plus d'infos

Face aux critiques, le bourgmestre de Ramillies propose que des bénévoles entretiennent les cimetières

Le bourgmestre de Ramillies dans le Brabant wallon lance un appel aux bénévoles pour aider les ouvriers communaux à entretenir les cimetières de la commune. Depuis que les produits phytosanitaires ne sont plus autorisés, le travail est long et complexe pour les ouvriers chargés d’entretenir les cimetières. L’un d’eux explique dans la Dh qu’il leur faut une semaine pour entretenir un cimetière, que trois semaines après il faut recommencer tout le travail et qu’il y en a douze au total. Face aux critiques, le bourgmestre a lancé un appel à la population à venir aider les équipes.

C’est aux bénévoles d’entretenir les cimetières ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© PHILIPPE LOPEZ – AFP

"Les ouvriers communaux sont loin d’être débordés"

Olivier, un auditeur originaire de Leuze-en-Hainaut, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Non, ce n’est pas aux bénévoles de faire ça. Chaque concitoyen paie des taxes communales et j’estime que les ouvriers communaux de toutes les communes de Belgique sont loin d’être débordés, même s’il y a plus de travail suite à l’interdiction des pesticides. À la place, on pourrait faire appel aux personnes émargeantes du CPAS, aux chômeurs de longue durée et aux délinquants qui se retrouvent en IPPJ. Selon moi, ce sont ces trois groupes de personnes qui devraient faire des travaux d’ordre public."

4 images
© jcthornton – iStock / Getty Images Plus

"Les familles pourraient nettoyer les allées autour des tombes"

À Antoing, dans la province de Hainaut, Marie nous partage son avis : "Si chaque famille qui vient entretenir les tombes nettoyait au moins l’allée autour des tombes, les cimetières seraient déjà beaucoup plus propres. Cela prend deux minutes et ça ferait la différence. Je vais régulièrement au cimetière et il y a encore les chrysanthèmes du mois de novembre sur certaines tombes."

4 images
© SwedePix – iStock / Getty Images Plus

"Mettre à contribution les jeunes délinquants"

Le débat se clôture à Rebecq, dans le Brabant wallon, avec Isabelle : "Je comprends que les ouvriers soient débordés, on ne peut plus utiliser de pesticides et que donc, tout doit se faire à la main. J’ai déjà proposé à plusieurs représentants politiques de ma commune de mettre à contribution les jeunes délinquants qui se retrouvent en IPPJ et qui ennuient tout le monde. Pourquoi ne pas les faire travailler la journée sous surveillance ? Cela rendrait service à tout le monde. Pour moi, ce n’est pas aux familles de nettoyer les allées entre les tombes. Et concernant les chômeurs, je ne pense pas que ce soit à eux de le faire : certains ont perdu leur travail, ils ne sont pas bien ou alors ils ont des enfants à garder et sont déjà occupés."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK