C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Éric : " Un inspecteur du chômage n'est pas apte à faire un contrôle médical ! "

Le ministre wallon de l’Emploi souhaite créer un statut spécifique pour des chômeurs non mobilisables qui, pendant une période de 2 ans maximum, mais reconductible, ne devraient pas chercher d’emploi, ne seraient pas contrôlés et continueraient à toucher l’intégralité du chômage.

À cause de problèmes médicaux, mentaux, psychiques et psychiatriques, certains chômeurs sont non-mobilisables. Dans le journal Le Soir ce matin, on découvre que Pierre-Yves Jeholet, le ministre wallon de l’Emploi souhaite mettre en place une période maximale de 2 ans, mais reconductible, pendant laquelle ces chômeurs ne devraient pas chercher d’emploi, ne seraient pas contrôlés mais continueraient à toucher le chômage sans dégressivité du montant, le tout pris en charge par l’ONEM. À leur demande, ils pourraient réintégrer la recherche active d’emploi. Deux ans sans contrôle et toujours payés, est-ce que c’est la bonne durée ?

Deux ans sans contrôle et toujours payés, c’est la bonne durée ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ! "

À ce propos, Éric de Bierges : " Je suis contre l'histoire de la mutuelle et du chômage. C'est vrai qu'il y a des gens qui sont vraiment malades et qui doivent être sur la mutuelle mais les contrôles devraient être plus sévères. J'étais agent de sécurité et j'ai du arrêter parce que j'ai une sclerose en plaque donc j'ai mal dans les muscles. J'ai également une discopathie et j'ai terriblement mal au dos. Résultat : J'ai dû arrêter mon métier mais je ne voulais pas rester à la maison. C'était impossible pour moi. J'ai cherché du travail, j'ai fait une formation et maintenant je suis chauffeur de car. Dire qu'on a mal au dos, qu'on reste sur la mutuelle et puis sur le chômage, je suis totalement contre ! ".

Pour Éric, il y a également trop de fraudes : " Il y en a énormément qui trichent. Je connais des personnes qui ont la sclérose en plaque, qui sont tout à fait capables de travailler mais qui profitent de la situation pour ne pas le faire et je trouve ça intolérable. Il y a toujours moyen de trouver autre chose. Si ça ne convient pas c'est qu'ils ne veulent pas travailler, rester sur le statut sur lequel ils sont et recevoir de l'argent sans travailler. Et ça, ce n'est pas normal. Mon ancien métier je ne peux vraiment plus le faire. Courir après quelqu'un ce n'est vraiment plus possible mais j'ai cherché un emploi qui pouvait correspondre à ma douleur pour pouvoir quand même travailler. Il faut qu'il y ait plus de contrôles de la mutuelle et qu'ils soient payés par cette dernière et non par le chômage. Un inspecteur du chômage n'est pas apte à faire un contrôle médical ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK