C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Elodie, vegan : " Au restaurant, il n'y a pas forcément de menu qui me correspond "

DierAnimal, c’est le nom d’un nouveau parti politique dédié au bien-être animal… Dans le programme, on retrouve entre autres l’interdiction des cages et aquariums, l’obligation pour les restaurants de proposer un menu vegan et la fin des zoos. Les animaux ont-ils vraiment besoin de ce parti ?

Le parti animaliste a été présenté hier… Le but est de remettre au centre des discussions le bien-être animal en Belgique. Même si nous disposons actuellement de trois ministres en charge de la question chez nous, pour le parti ce n’est pas suffisant ! Il propose une série de mesures dans son programme, comme une période de réflexion obligatoire avant l’achat d’un animal, la fin des zoos avec le renvoi des animaux dans leur pays d’origine et aussi la fin des cages et aquariums ainsi que l’obligation pour les restaurants de proposer sur leur carte une alternative vegan. Dans les colonnes de Sudpresse, le président de Gaia se montre relativement frileux vis-à-vis de ce nouveau parti… Les animaux ont-ils vraiment besoin de ce parti ?

Pour Elodie de Drogenbos, les animaux ont besoin d’un parti politique parce que " les partis dits traditionnels font quelques petites mesures juste pour montrer qu’ils agissent. On a mis un ministre chargé du bien-être animal, on va interdire la fourrure en Wallonie, etc. Ce sont des petites choses, c’est très bien, mais ce n’est pas assez ! Actuellement, on ne va pas assez loin pour les animaux qui ont des capacités de sentientes (qui ont des émotions et qui ressentent la douleur). "

Si Elodie n’aime pas trop l’idée d’obliger les restaurants à proposer une alternative vegan, " il faut absolument une alternative pour chacun. Je ne le vois pas comme une obligation. Actuellement, je suis vegan et quand je vais dans un restaurant, il n’y a pas forcément de menu qui me correspond. À l’heure actuelle, je demande directement au restaurateur si c’est possible. Si oui, c’est très bien et je vais manger chez lui. Si ce n’est pas le cas, tant pis. Je vais manger ailleurs ou je ne vais pas du tout manger au restaurant. " 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK