C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Des enfants jouent l'affaire Dutroux au Théâtre de Namur... Sont-ils armés pour jouer un tel drame ?

Ce soir et demain sera jouée, à Namur, la pièce de théâtre " Five Easy Pieces ", une pièce destinée aux adultes, jouées exclusivement par des enfants et qui retrace l’affaire Dutroux. Pour encadrer l’exercice, une psychologue infantile accompagne la troupe ce qui amène la question suivante : des enfants sont-ils armés pour jouer une des affaires les plus marquantes de la Belgique ?

Dans cette pièce, tous les rôles sont joués par des enfants… Que ce soit les officiers de police, le père de Marc Dutroux ou une de ses victimes. Les parents des petits acteurs ont été associés au processus de répétitions et une psychologue infantile accompagne la troupe. Des enfants sont-ils armés pour jouer une des affaires les plus marquantes de la Belgique ?

Milo Rau, metteur en scène de la pièce de théâtre "Five Easy Pieces" : "C'est une pièce qui est maintenant tournée à travers une trentaine de pays, qui a été en Belgique dans une dizaine de villes. Cette pièce a été créée en 2016, après une demi-année de répétitions pendant laquelle on a vraiment répété avec des coachs et des pédagogues. Et ces jeunes sont désormais devenus des acteurs professionnels. Alors bien entendu, on les entoure toujours, en tournée il y a deux coachs de présents sur place. Mais, jusqu'à maintenant, nous n'avons jamais eu de problème avec un enfant qui vivait mal cette pièce. Il faut y faire attention, avoir des retours et c'est pour ça qu'on les entoure bien pour éviter ce genre de soucis. Mais il faut savoir que c'est une pièce très poétique malgré le fait que ce soit un sujet dur et il y a même un peu d'humour..."

Une des actrices, âgée de 11 ans, interprète le rôle d'une des victimes de Marc Dutroux. Mais d'après Milo Rau, cette jeune fille a été préparée comme il se devait afin que la comédienne ne subisse aucune conséquence due à ce rôle : " On a répété pendant des mois, on a bien expliqué cette affaire et ce, avec la présence des parents. On fait les choses avec du respect ; on a rencontré des familles de victimes et des policiers pour expliquer le sujet aux comédiens, pour leur montrer que c'est un sujet grave. Mais pour ces enfants, c'est comme jouer une pièce de Shakespeare, c'est très lointain, ils ne connaissent pas cette affaire. Mais je voulais qu'ils comprennent que c'est un travail qu'il faut faire avec beaucoup de respect et de sériosité et que ce n'est pas seulement une pièce mais que c'est aussi une façon de réfléchir sur le devoir de mémoire collective."

Enfin, Milo Rau conclut que si les critiques sont bel et bien récurrentes avant la pièce, elles disparaissent une fois celle-ci terminée : "Les critiques sont nombreuses avant la pièce mais une fois qu'elle a été vue, les critiques retombent. C'est un peu comme si on transcendait l'affaire à travers le regard des enfants, c'est une belle transformation de ce qui se passe. Il y a toujours débat avant la représentation mais il est légitime et important de se demander ce qu'on peut trouver sur scène et comment cela doit être joué. Mais j'ai vraiment confiance en notre travail après toutes ces années de tournée."

Five Easy Pieces de Milo Rau, c'est au Théâtre Royal de Namur ces 19/01 et 20/01 à 20h30.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK