C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Dany de Liège : "Il faut une mise au point journalière des mesures anti-Covid!"

Dany "il faut changer les mesures quotidiennement"
4 images
Dany "il faut changer les mesures quotidiennement" - © Tous droits réservés

Dernièrement, les mesures anti-Covid évoluent de jour en jour. Et même parfois, d’heure en heure, comme hier...

Évolution constante des mesures, c’est la bonne méthode ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites". 

Voici quelques moments forts de l'émission… 

"Avec un virus pareil, il faut être radical !"

Dany, un auditeur originaire de Liège, est intervenu à ce sujet sur notre antenne: "C'est la bonne méthode et il devrait même y avoir une mise à jour quotidienne parce qu'avec un virus pareil, il faut être radical et se mettre à jour en fonction des chiffres journaliers. La situation est grave, le milieu sanitaire est en danger et le gouvernement ne fait rien ! La Belgique est un très mauvais élève, proportionnellement parlant, nous avons plus de décès que dans d'autres pays. Donc je pense qu'il ne faut pas changer les mesures chaque jour qui passe mais plutôt faire une mise au point journalière ! Et si nécessaire, alors effectivement, il faut modifier les mesures de façon quotidienne."

"Il faut que les mesures soient les mêmes partout !"

Direction Charleroi à présent, où Jean-Marc, tenancier d'un bar, n'est pas du même avis : "Ce n'est pas du tout la bonne méthode... J'ai un bar sur la place de la Digue à Charleroi, quand les clients devaient partir à 1h du matin, ils étaient déçus mais disaient qu'ils se rattraperaient plus tard. Le fait d'avoir modifié cette règle et qu'on doive désormais fermer à 23h a engendré un changement de comportement chez nos clients : désormais, quand ils quittent le bar, ils cherchent un autre endroit et vont soit dans un resto puisque ça ferme à 1h du matin, soit ils font des fêtes chez l'un et l'autre et donc cette mesure a engendré une situation plus grave puisque ce n'est absolument pas contrôlé ! Et si on ferme comme à Bruxelles, les gens feront des fêtes clandestines, nos clients nous ont d'ailleurs demandé d'en faire et nous avons évidemment refusé."

Bloquer les choses engendre l'inverse du but recherché !

Jean-Marc doute de l'efficacité du changement des mesures : "On a respecté les mesures ; on a enlevé des tables, on est passé de 200 à 80 personnes, on a installé des plexiglass, on distribue des masques mais bloquer les choses engendre l'inverse du but recherché ! C'est comme la prohibition aux États-Unis; on a stoppé l'alcool et il n'y a jamais eu autant d'alcool qui a circulé dans le pays ! Et puis, financièrement, ça devient compliqué... On perd de l'argent tous les week-ends et on n'a pas pu négocier notre loyer... On espère rouvrir le plus vite possible mais c'est mal parti... Je terminerai par ajouter qu'en mars dernier, on nous disait que le masque ne servait à rien donc nos clients sont perdus et se demandent pourquoi on nous a menti pendant deux mois et pourquoi on devrait croire ce qu'on nous dit aujourd'hui ?!"

"Il faut se mettre d'accord une bonne fois pour toutes !"

Enfin, dans la province de Namur, et plus précisément à Moustier-sur-Sambre, Gustave conclut : "Il ne faut pas changer les mesures tous les jours, il faut se mettre d'accord une bonne fois pour toutes ! Il y a des experts qui proposent des mesures et le peuple belge devrait respecter ne fût-ce qu'un bon mois les mesures et je pense qu'on en aurait fini avec ce virus ! Mais il faut que les mesures soient les mêmes partout, ce serait plus cohérent. Et au moins, si on passe de province en province, on devra tous respecter les mêmes règles et ne pas se poser la question en fonction d'où on se trouve. Il faudrait peut-être que la Belgique se mette d'accord avec elle-même déjà ! Et appliquer les mesures sur tout le territoire belge."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l'émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK