C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Danielle : "Aidons-les plutôt à aller jusqu'à l'overdose et passons à autre chose !"

Danielle : "
Danielle : " - © JESSICA DEFGNEE - BELGA

La Wallonie financera à hauteur de 830 000€ par an, pendant 3 ans, la salle de shoot liégeoise pour stabiliser le projet où les consommateurs peuvent se droguer en tout sécurité. 830 000€ chaque année pour une salle de shoot, ça vaut le coup ?

L’info est à lire dans La DH ce matin. La Wallonie paiera annuellement 830 000€ pendant 3 ans à la Fondation qui gère la première salle de shoot wallonne à Liège. La structure, qui emploie des infirmiers, des travailleurs, du personnel d’entretien et paie des médecins, a besoin de stabilité financière, raison pour laquelle la Wallonie a décidé de s’engager. L’équipe sur place apprend aux consommateurs de drogue à faire des injections ou inhaler en toute sécurité, avec du matériel stérile pour réduire les accidents mortels et la propagation des infections. Des petits soins sont également donnés pour des abcès ou des plaies fréquentes chez les consommateurs.

830 000€ chaque année pour une salle de shoot, ça vaut le coup ? C'est la question qu'on vous posait dans "C'est vous qui le dites ce matin".

Danielle est une auditrice originaire de Liège, elle habite à quelques centaines de mètres de cette salle de shoot. Et concernant ce sujet, elle n'y va pas de main morte : "Je ne pense pas que ça vaille le coup ! Ces personnes ne veulent de toute façon pas quitter leur addiction donc puisqu'elles ne veulent pas, je ne vois pas pourquoi on doit les encourager ! Je ne comprends pas le but là ! Ils veulent se détruire donc pourquoi on les en empêche ?! Ce n'est pas très logique ! Laissons les bien se détruire, accompagnons les pour se détruire et non pas pour les prolonger et plus vite ce sera fini, mieux c'est !" Étant riveraine de l'hypercentre, Danielle parle en connaissance de cause et nous confirme que cette salle de shoot ne diminue en rien les nuisances publiques bien que c'était l'un des objectifs de la commune de la Cité Ardente. Danielle poursuit de façon radicale : "Ça fait 20 ans que j'habite ici et ça va de mal en pis ! Ils savent qu'ils peuvent être soignés et avoir leur dose donc ça n'arrange rien ! Qu'on leur en donne à un moment une partie de ces 800 000 euros comme ça overdose, terminé et on passe à autre chose ! Aidons-les à aller jusqu'au bout de leur délire à la place de les aider à s'en sortir puisqu'ils ne veulent quand même pas sortie de là !"

"Le contribuable n'est pas là pour réparer les erreurs des autres !"

Didier depuis Romsée trouve ça normal "parce que je pense que les dégâts que l'on peut faire quand on est en état de manque (vols, agressions, etc) il y en a plus que pour 830 000 euros! C'est un effet boule de neige... Je prends de la morphine pour des raisons médicales et quand je l'oublie, je peux vous dire qu'on est vraiment très mal ! Donc, il faut prendre le problème à la base pour éviter que ces personnes en manque n'en agressent d'autres, c'est une question de sécurité et de santé. C'est un fait de société et il faut s'en occuper. Les gens qui critiquent ne sont pas confrontés à ce genre de choses. Celui qui n'a jamais vécu ça ne peut pas comprendre !"

Pascal d'Antoing : "Ça part certainement d'une bonne intention mais c'est toujours le même qui paye ! Le cochon payeur c'est celui qui part travailler tous les matins, qui a eu une bonne éducation ou qui se remet en question chaque matin et c'est lui qui va devoir financer ça ! Je ne suis pas d'accord de financer en permanence ! Ça fait 39 ans que je cotise ! Je fume du tabac mais très peu, je bois de la bière parfois mais je paie ce que je dois payer et n'ai aucune addiction ! Si vous devenez addict, c'est de votre faute donc vous n'avez qu'à payer vous-même et assumer ! Tant pis pour eux... Je ne suis pas là pour financer des gens qui ne sont pas responsables d'eux-mêmes! Commencez d'abord à vous respecter vous-même comme ça vous pourrez respecter les autres ! Le contribuable n'est pas là pour systématiquement réparer les erreurs des autres !"

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK