C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Daniel : "Échangeons nos vie avec un ministre pendant un an qu'il voie ce qu'est la précarité!"

Daniel :
Daniel : - © Tous droits réservés

Imposer aux élus un stage de pauvreté : c’est une idée émise par des Français dans le cadre de leur Grand débat national. La pauvreté, ça s’apprend dans un stage?

C’est La Libre Belgique qui s’est penchée sur cette proposition d’une délégation de Français dans le cadre du Grand débat national qui consiste à imposer aux élus et hauts fonctionnaires un stage pour se rendre compte de la réalité de la pauvreté. Interrogés sur l’intérêt d’une telle expérience pour nos élus en Belgique, une majorité de sondés a dit être favorable, que ça ne leur ferait pas de tort. Aux États-Unis, un business existe même autour de ce genre de formation. La pauvreté, ça s’apprend dans un stage ?

Daniel, un auditeur originaire de Hasselt est intervenu sur notre antenne pour nous donner son avis à ce sujet : "Un an de stage leur ferait du bien. J'invite un ministre, un député ou un élu à venir vivre chez moi, dans mon studio, avec 1100€ par mois et sans chauffage ; je ne sais pas me le payer. Et moi je vais vivre chez lui avec son salaire ! Échangeons nos vies durant un an et on verra ce que ça donnera... Parce qu'un stage de 8 jours ne suffit pas. Un an, ça aidera à comprendre la précarité dans laquelle on vit!"

"Les ministres ne se rendent pas compte d'1/10e de ce qu'on vit!"

Deux autres auditeurs sont intervenus sur notre antenne comme Françoise, originaire de Charleroi, qui est du même avis que Daniel : "Je veux de ce stage car quand je vois ce que je vis en ce moment, je pense que les ministres ne se rendent pas compte d'1/10e de ce qu'on vit ! Je suis obligée de vivre avec ma sœur parce que je n'ai que 1000€ par mois, j'ai demandé une maison sociale que je n'ai jamais su avoir même en étant seule et handicapée ! Je trouve que c'est scandaleux ! Je ne veux même pas grand chose, je ne sais pas combien ils gagnent mais avec 1/10e de ce qu'ils ont, je pourrais manger du beurre tous les jours sur mes tartines au lieu de la margarine! La vie est tellement chère... Mais eux s'en foutent; ils ne doivent pas compter ! Je voudrais qu'ils viennent vivre chez nous et qu'ils voient ce qu'on doit subir chaque jour comme ça ils verront ce qu'est réellement la pauvreté."

De son côté, Stéphane de Nivelles est tout à fait contre ce stage de pauvreté : "Je pense que c'est du grand n'importe quoi ! Tous les élus que nous avons en Belgique sont très au courant de la pauvreté du pays mais les politiciens vivent sur une autre planète et la pauvreté n'est pas une de leurs priorités pour le moment. Depuis combien de temps un politicien a-t-il travaillé pour son pays et sa population? Moi je n'en connais plus ! Ils connaissent cette pauvreté : le pays n'a jamais été aussi endetté, la classe moyenne est appelée à disparaître, la population s'appauvrit de plus en plus et ça passe partout donc ils le savent! Quand est-ce qu'un politicien va à nouveau travailler pour son peuple ? Mais cette formation n'aura aucun impact vu qu'ils finiront tous pas retrouver leur vie par la suite."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook : "C'est vous qui le dites"

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK