C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 11:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Damien Dufrasne, directeur du Dour Festival: "Tous nos bénévoles seront screenés cet été!"

Cette année, on va screener le profil de tous les bénévoles de festival. Pour s’assurer qu’aucun dangereux ne soit engagé. Est-ce que c’est nécessaire de screener chaque jeune qui va gratuitement donner de son temps?

Juste après les attentats de Paris et Bruxelles, Jan Jambon avait adressé une circulaire aux organisateurs de festivals pour leur demander que seuls les volontaires chargés de la surveillance soient screenés. Mais cette fois, les organisateurs de festival vont plus loin, la circulaire du ministre de l’Intérieur ne le demandait pas, mais à l’échelon local, il a été décidé de screener tous les bénévoles.

Damien Dufrasne, directeur du Dour Festival: "Je pense qu'il faut faire de plus en plus de choses pour optimaliser la sécurité. Il y a un peu plus d'un mois, lors d'une réunion d'organisation avec les forces de l'ordre et le bourgmestre, on avait convenu de fournir la liste de tout le personnel présent sur le site du festival afin que le personnel soit screené. Tous les volontaires présents pendant le festival sont donc concernés: ceux qui sont dans les bars, les sociétés de sons-lumières, le personnel, les partenaires, absolument tous. Cela représente 6000 à 7000 personnes à screener."

Des milliers de personnes à screener, cela nécessite une certaine organisation de la part des autorités concernées mais tout a été prévu pour leur faciliter la tâche: "Je pense qu'en réalité, le système est très simple. On leur fournit un canevas avec un tableau Excell qui comprend des colonnes bien précises comme ils le souhaitent, c'est-à-dire qui reprend le nom, prénom et le numéro de registre national. Ensuite, ils injectent ça dans un système informatique et ça sort automatiquement des informations qu'ils doivent communiquer au Bourgmestre."

De leur côté, les bénévoles en ont été informés et la nouvelle est plutôt bien passée à Dour: "A partir du moment où l'on a rien à se reprocher, quel est le problème de se faire screener dans un cadre légal par la police? Ca ne pose en tout cas aucun problème à nos bénévoles!"

Un système nouveau bien que les bénévoles devaient à l'époque déjà donner des informations les concernant: "Avant les gens qui venaient remplissaient des chartes de volontariat et des documents avec des informations personneslle etles partenaires s'engagaient à choisir les personnes à qui on pouvait faire confiance mtnt avec le renfort du sceening cela évitera peut-être d'avoir de gros soucis."

Enfin, du côté des festivaliers, aucun screening n'aura lieu lors du Dour Festival, qui se déroule du 12 au 16 juillet, mais d'autres mesures de sécurité sont mises en place: "Les visiteurs ne seront pas screener, il est difficile d'identifier toutes les personnes qui achètent des tickets - plus de 200 000 - mais depuis l'année passée, nous disposons de portiques de sécurité à l'entrée du festival. Et d'autres mesures de sécurité sont mises en place mais je ne pense pas qu'il soit intelligent de les annoncer ces mesures sur internet ou dans la presse afin justement d'assurer cette sécurité."