C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Comité de concertation en urgence ce matin : que feriez-vous à leur place ?

Le Comité de concertation doit se positionner aujourd’hui sur la mise en place de nouvelles mesures face à l’évolution de l’épidémie de coronavirus en Belgique. Les chiffres ne sont pas bons, certains demandent un confinement strict alors que d’autres estiment qu’avec des chiffres meilleurs qu’en octobre, un tel tour de vis n’est pas nécessaire. Les experts ont émis leurs avis. Hier, Elio Di Rupo a rappelé que ce n’était pas aux experts de décider. Les discussions ce matin ne s’annoncent pas simples.

Quel choix feriez-vous ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© BENOIT DOPPAGNE – BELGA

"Je garderais les mesures actuelles"

Philippe, un auditeur originaire de Seraing, en province de Hainaut, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Non, il ne faut pas confiner à nouveau. Je suis indépendant, au bord de la faillite, pour moi, ce serait inadmissible de fermer l’Horeca pendant encore plusieurs mois."

Il faut faire attention lorsqu’on sort

"Si je faisais partie du Comité de concertation, je ne changerais rien et je garderais les mêmes mesures qu’actuellement [ndlr : mercredi 24 mars à 10h], l’Horeca peut rester encore fermé un mois maximum, pas plus. Je pense qu’il faudrait aussi nous laisser ouvrir les terrasses, mais à part ça, on ne touche à aucune mesure. Si les chiffres montent dans les hôpitaux, c’est vrai que c’est triste, mais tant pis. C’est le prix à payer malheureusement."

4 images
© BENOIT DOPPAGNE – BELGA

"On ne touche pas aux métiers de contact"

Du côté de Erquelinnes, dans la province de Hainaut, Jérôme nous explique son point de vue : "Au vu des chiffres de ces derniers jours, il faudrait, selon moi, fermer les écoles et les centres commerciaux où il y a un afflux de masse. Cela diminuerait notamment le nombre de personnes dans les transports en commun où les usagers sont entassés les uns sur les autres. Par contre, je ne toucherais pas aux métiers de contacts que je trouve essentiels. Ou alors, on ferme tout, un confinement strict, mais court, 3 semaines par exemple. Si tout le monde l’accepte et le respecte, ça pourrait être une solution, mais le nombre de cas risque de repartir 2 semaines plus tard."

4 images
© POOL PHILIP REYNAERS – BELGA

"Un confinement strict mettra fin à l’épidémie"

Enfin, Medhi termine le débat depuis Saint-Gilles : "Ma décision serait de confiner strictement pendant deux mois. Interdiction des sorties non-essentielles, mais cette fois-ci, elles doivent être bien contrôlées. Pour l’instant, le couvre-feu n’est pas respecté car il n’est pas suffisamment contrôlé. Aujourd’hui, j’ai l’impression de revenir un an en arrière, c’est une histoire sans fin, même si les chiffres sont moins alarmistes que l’année passée. Pour moi, il faut des mesures fortes pour arriver à zéro. On arrête l’école pendant deux mois et ensuite les enfants pourront reprendre leur scolarité normalement. Si tout est bien surveillé et bien appliqué, je pense qu’un confinement strict de deux mois mettra un terme à cette épidémie."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK