C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 11:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Cancer du sein: plus de participation au dépistage en limitant le remboursement... Possible ?

En réaction à la polémique concernant son arrêté limitant le remboursement du dépistage du cancer du sein, Maggie De Block explique que la volonté était d’augmenter la qualité et la participation au dépistage. Comment augmenter la qualité et la participation au dépistage en en limitant le remboursement ?

L’arrêté aurait été pris sans concertation avec le gouvernement et prévoyait, sauf exception, de ne plus rembourser le dépistage du cancer du sein pour les femmes de moins de 45 ans et de plus de 74 ans. En suspendant cet arrêté hier soir, Maggie De Block, ministre de la Santé, a expliqué que la volonté était d’augmenter la qualité et la participation au dépistage… Comment augmenter la qualité et la participation au dépistage en en limitant le remboursement ?

Jessica Chacana Hernandez, porte-parole de Think Pink, la campagne nationale de la lutte contre le cancer du sein : " On est conscient qu’il s’agit d’un dossier difficile et assez complexe. Notre but c’est que les personnes qui doivent se faire dépister puissent continuer à le faire de manière abordable ou gratuitement. Si nous participons au débat, nous feront ce qu’il faut. "

La porte-parole souligne que les dépistages inutiles ne sont pas sans risque pour la santé : " Chez les jeunes femmes qui ne se trouvent pas dans le groupe à risque (prédisposition génétique ou d’autres cas), on ne conseille pas ces dépistages supplémentaires parce que ça n’augmente pas pour autant la qualité de la santé. Au contraire ! Il faut savoir qu’une mammographie reste des rayons X. "

Jessica Chacana Hernandez rappelle que 80% des cas de cancer se trouvent dans la tranche 50-70 ans. Malheureusement, du côté de la Belgique francophone, ce grand groupe à risque se fait très peu dépister dans le cadre du dépistage systématique organisé tous les 2 ans.

Pour Think Pink, il y a un gros problème de communication alors que la décision de Maggie De Block était plutôt bonne : " Il y a un lobby quelques part face à ce système de dépistage systématique. Les radiologues génèrent clairement un revenu supplémentaire avec ce dépistage supplémentaire qui n’est pas nécessaire pour toutes les personnes avant 50 ans. Il n’y a pas de groupes intermédiaires : soit vous êtes dans un groupe à risque, soit vous ne l’êtes pas ! C’est pour ça qu’il y a clairement beaucoup de dépistages et qu’on parle de surdiagnostique qui n’est pas du tout nécessaire. Cela risque de générer d’autres cancers qu’on pourrait éviter. C’est pour ça que nous souhaitons mettre en place une grande campagne pour mieux expliquer le dépistage systématique. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK