C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Bruno : " Ceux qui ont critiqué doivent accepter de se faire insulter ! "

Blessé par la polémique autour de l’hymne des Diables Rouges, Damso répond en chanson avec, entre autres, ces mots : " Ces fils de putains ne s’en sortiront pas comme ça (…) ma vengeance froide et salée, dans leur cul j’me laisse aller ".

C’est le journal Le Soir qui revient ce matin sur les paroles du nouveau titre du rappeur Damso dans lequel il revient sur la polémique autour de l’hymne des Diables Rouge qu’il devait proposer avant que l’Union belge ne revienne sur son choix. Le Soir le décrit comme un faux dur, un vrai fragile qui a été plus blessé qu’il ne l’a laissé paraître. Pour répondre à ceux qui ont dénoncé des paroles misogynes dans ses chansons, il a choisi ces mots pour leur répondre : " Ces fils de putains ne s’en sortiront pas comme ça (…) ma vengeance froide et salée, dans leur cul j’me laisse aller ".

Que dites-vous ce matin à cet homme blessé ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans " C'est vous qui le dites ! ".

À ce propos, Bruno de Wavre soutient Damso dans cette difficulté : " Je le comprends tout à fait. C'est une réaction normale. Quand on regarde sur les réseaux sociaux comme Facebook ou Twitter, tout le monde l'a insulté et lynché. Pourtant, il avait été choisi par les Diables Rouges. Les joueurs étaient contents puisqu'ils écoutent du Damso. C'est un chanteur qui remplit actuellement les salles de concert. Peut-être qu'il y a de la vulgarité mais ça, c'est le cas pour tous les rappeurs. Contrairements aux insultes dont il a été victime sur les réseaux sociaux, Damso ne réagit pas avec des propos racistes. Il s'adresse aux personnes en général. C'est logique qu'il veuille se défendre et ce genre de propos choquants, ça fait partie du rap, c'est artistique. Si on regarde les autres rappeurs comme Soprano, par exemple, il est aussi vulgaire dans ses chansons. Ceux qui ont critiqué doivent accepter de se faire insulter. Ça fait partie du jeu... ".

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK