C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 11:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Brigitte : " Le dialogue était possible, ce n'était pas un lanceur de couteaux professionnel "

Après avoir lancé des couteaux en direction de la police, Hervé Adam a été abattu dimanche soir par un policier qui a fait usage de son arme. Aujourd’hui son père estime que la mort de son fils était évitable, il fallait négocier. Dans une telle situation, une autre issue est-elle possible ?

Hervé Adam est agressif, la police intervient à son domicile. Il lance des couteaux en direction des deux agents présents avant de se ruer vers l’un d’eux qui se défendra avec son arme. Hervé Adam est touché, il est décédé sur place. Les faits se sont déroulés dimanche soir, aujourd’hui le père de la victime témoigne dans les éditions du groupe Sudpresse et estime que la mort de son fils était évitable. En raison du climat actuel c’est devenu un réflexe d’abattre quelqu’un qui sort un couteau alors qu’une négociation était sans doute possible avec son fils qui était suivi pour des troubles psychiatriques. La question pour vous ce matin, dans une telle situation, une autre issue est-elle possible ?

Brigitte d’Esneux est une voisine des parents et dans ce genre de situation, il est possible de négocier : " Je connais Hervé depuis toujours. Il fallait négocier. Hervé était grand et pouvait élever la voix. Tout le monde le connaissait et le savait. Avec Hervé, il faut dialoguer ! Il n’est pas lanceur de couteaux professionnel ! Si notre police n’est pas équipée pour gérer des situations comme celles-ci, où va-t-on ? Le policier doit dialoguer. C’est une question de formation. Ceux qui se sentent dépassés, qu’ils se mettent en congé maladie parce que si on se fait tuer aussi souvent par des policiers que par des terroristes, mais où va-t-on ? ""

Hervé vivait un moment difficile, il a bu quelques verres de trop et il a pété les plombs explique Brigitte. " Mais si on commence à tuer toutes les personnes qui ont un moment de faiblesse et qui en sont pas bien, on va tous finir dans des cercueils ! Un terroriste a tué trois personnes à Liège, si les policiers qui ne se sentent pas bien, ont des difficultés à travailler et continuer à exercer leur métier, on va avoir des morts et des morts. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK