C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Bernard : " Tirer sur un drone c'est comme tirer sur une voiture qui passe devant sa maison "

Bernard : " Tirer sur un drone c'est comme tirer sur une voiture qui prend une photo "
Bernard : " Tirer sur un drone c'est comme tirer sur une voiture qui prend une photo " - © Tous droits réservés

Excédé par le survol de sa propriété, un habitant de Huy a tiré à l’arme à feu sur le drone d’un photographe de presse. Un drone qui vole au-dessus de chez vous, c’est si énervant que ça ?

Un photographe de l’agence de presse Belga réalisait des photos à l’aide d’un drone hier dans la région de Huy. Dans L’Avenir, il raconte ce matin qu’à un moment, il a entendu des coups de feu tirés en direction de son engin alors qu’il dispose de toutes les autorisations nécessaires. C’est un homme qui ne supportait pas que sa propriété puisse être survolée et photographiée qui a reconnu avoir visé le drone sans l’avoir touché. Le photographe a décidé de porter plainte et précise que si l’engin avait été endommagé, cela aurait pu être très dangereux, qu’il devienne incontrôlable.

Un drone qui vole au-dessus de chez vous, c’est si énervant que ça ? C'est la question que l'on vous posait ce matin.

Bernard d’Anderlecht est pilote professionnel de drone : " Un drone peut peser jusqu’à 10-15 kilos et s’il tombe sur la tête de quelqu’un, ça peut faire très mal et ça peut tuer quelqu’un s’il tombe de trente mètres de haut. Quand un pilote a une licence et fait voler son drone, il doit faire en sorte que lui et le drone soient clairement identifiables et reconnaissables. Le pilote doit toujours voir son drone. Il ne peut pas piloter uniquement par la caméra. À ce moment-là, si ce monsieur dit qu’il ne veut pas de quelqu’un qui passe dans sa rue avec sa voiture, il peut lui tirer dessus aussi parce que le conducteur qui passe devant chez lui en voiture a une licence donc il a le droit de rouler. On peut partir dans n’importe quel délire. Je comprends que ça puisse énerver mais on a le droit d’être là. C’est comme si certaines personnes étaient dérangées par les gens qui passent devant elles. Qu’est-ce qu’on fait dans ce cas-là ? On fait une déviation parce qu’un monsieur est dérangé par les voitures qui passent devant chez lui ?! J’ai l’impression de me retrouver dans les années 1900 où les carrosses tirés par des chevaux ont été remplacés par des voitures à moteurs. Les gens étaient effrayés parce qu’ils entendaient du bruit dans la rue. Ici c’est pareil, il faut qu’on s’habitue. Des choses qui volent, il y en a tout le temps. On a des avions qui montent très haut et maintenant des drones qui volent plus bas. "

Les drones sont intrusifs et trop bruyants ?

Pour Jacqueline d’Angleur, le problème avec les drone, c'est le respect de la vie privée : " Je ne sortirai pas une arme. Mais tous ces engins qui volent mettent votre maison sur Facebook. J’ai des copains qui m’ont dit qu’ils ont vu ma maison sur l’ordinateur et puis je reçois une lettre d’une agence immobilière pour m’annoncer que ma maison leur intéresse ! Ça ne va pas ! Qu’ils volent au-dessus de n’importe quoi, je suis d’accord. Mais ils ne peuvent pas publier ! c’est la publication qui me pose problème parce que je trouve que c’est une atteinte à la liberté. Il n’est pas mis sur le drone qu’il appartient à un photographe de presse. J’habite à Angleur et ce sont des gosses qui sont dans le parc. Je trouve que ce n’est pas normal… Que la police se serve de drone pour surveiller les forêts quand il y a des casseurs mais pas au-dessus des habitations. Il n’y a rien qui dit qu’il ne prend pas des photos de la maison. Il faut des papiers dans la boîte aux lettres et alors vous n’aurez pas ce problème qu’on tire dessus "

Du côté d'Yvoir, Marie-Christine explique que le bruit est très dérangeant : " Mon mari était sur une échelle, en train de couper les arbres et soudainement il a entendu un bruit bourdonnant. Il a cru que c’était un frelon qui se dirigeait vers lui et en fait, c’était le drone de mon beau-frère. Mais il a bien failli tomber de l’échelle, il s’est rattrapé in extremis et il a eu très peur. Maintenant, mon mari a acheté une carabine à plomb et il est prêt à tirer dessus si le drone repasse au-dessus de la maison. "

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK