C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Alessandro, à propos des sinistrés non-assurés qui recevront une aide financière : "Ils n’ont pas le sens des priorités, ce n’est pas à moi de payer"

Le gouvernement wallon aidera les sinistrés des inondations qui n’étaient pas assurés. Le montant définitif doit être décidé ce week-end mais il correspondra au prix d’une maison ouvrière, estimé entre 100 et 140 000 euros. Selon les estimations, sur les 40 000 habitations touchées, 10% n’étaient pas assurées, ce qui représente un budget de 400 à 675 millions d’euros.

Faut-il payer une maison à ceux qui ont fait le choix de ne pas être assurés ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© SYLVAIN THOMAS – AFP

"Ces gens n’ont pas le sens des priorités"

Alessandro, un auditeur originaire de Jumet, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Je trouve ça scandaleux de rembourser des gens qui ont décidé de ne pas se payer d’assurance. Beaucoup de personnes se disent pauvres et ne veulent pas payer les assureurs, soi-disant des voleurs, mais ils dépensent des fortunes dans des objets futiles. Ces gens n’ont pas le sens des priorités et ils viennent pleurer et demander de l’aide ? C’est non, s’ils n’ont pas le sens des responsabilités, ce n’est pas à moi de payer les pots cassés à leur place. Ce qui leur arrive est triste et je ne voudrais pas être dans cette situation, mais moi, je suis assuré."

4 images
© RTBF

"On doit être solidaire"

À Mons, Mercedes n’est pas de cet avis : "Tout le monde devrait être indemnisé, assuré ou non. On ne se rend pas compte qu’il y a des personnes vraiment pauvres et qu’être assuré actuellement, c’est un luxe. Celui qui n’a aucune ressource ne peut pas payer toutes ses assurances. On doit être solidaire. Mes voisins arrivent à peine de finir le mois et ils ont des enfants, comment se payer des assurances lorsqu’on a à peine de quoi s’offrir à manger ?"

4 images
© Belga

"C’est leur problème"

Le dernier débat de la semaine se termine à Pepinster avec Antonio : "J’ai perdu énormément de choses en quelques minutes à cause des inondations, mais je paie mes assurances. Ces gens n’ont pas voulu payer pour des raisons X ou Y, c’est leur problème. Je ne vois pas pourquoi je devrais leur venir en aide, moi qui paie mes cotisations. Je suis assuré, je suis en train de me battre pour récupérer ce que j’ai perdu. Et eux, on veut leur donner l’équivalent d’une maison ? Monsieur Di Rupo doit redescendre sur terre. Cela voudrait dire que moi qui travaille pour payer mes assurances, je serais aussi bien servi si je ne payais rien ? C’est aberrant."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK