C'est vous qui le dites

Plus d'infos

Alerte "nouvelle drogue" : quel est le risque des bonbonnes de gaz hilarant ?

Alerte " nouvelle drogue ". À Liège, des bars servent des bonbonnes de gaz hilarant aux jeunes pour qu’ils se shootent. Ces bonbonnes de gaz sont celles qu’on utilise dans les siphons en cuisine. Quel risque ?

Ce sont des travailleurs sociaux qui avaient lancé l’alerte à Molenbeek en voyant de plus en plus de petites bonbonnes au sol. Elles contiennent du gaz hilarant, on inhale, pendant 30 secondes on perd toute notion de réel. Et bien La Meuse va un pas plus loin. Ces bonbonnes sont désormais servies sur un plateau dans des seaux à champagne.

Antoine Boucher, porte-parole d'Infor-Drogues : " C’est un effet euphorisant : on se sent bien, on se sent plus décontracté. Il y a cette envie de rire, surtout si on est en groupe, tous réunis avec ce même objectif d’être détendu et de rire ensemble. L’héroïne n’est certainement pas consommée dans le même objectif. Cela peut être rapproché en termes d’effets au cannabis ou à l’alcool. "

Au niveau de la législation, on est dans une zone de flou : " Le gaz est un produit légal. Il est utilisé en grande quantité dans l’industrie. On peut en commander alors qu’il n’est pas prévu pour être consommé de cette façon. C’est un peu comme les solvants, le Tipp-Ex qu’on reniflait quand on était petit. Ce sont tous des produits légaux mais qui ne sont pas du tout prévus pour ce type de consommation. On ne peut donc pas être poursuivi pour ce comportement-là. Par contre, je ne sais pas si, dans la licence de l’établissement qui propose ça à ses clients, c’est prévu. Donc là, ça ne va pas être une condamnation pour consommation de drogue puisque ce n’est pas une drogue. "

Infor-Drogue préfère attendre un peu avant de prendre position par rapport à l'arrivée des seaux à capsules de gaz : " C’est peut-être un effet de mode. Je crois qu’il faut se méfier de trop vite interdire tout un certain nombre de produits parce qu’on voit bien que l’interdit n’arrête pas ces comportements. Ça les rend plus dangereux parce qu’ils vont continuer à être consommés mais dans la clandestinité. Il faut peser le pour et le contre. Pour nous, c’est mieux que des consommations comme ça soient légales parce qu’on peut vérifier la qualité des produits, il y a un contrôle social. "

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK