C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

Agacé, AB InBev ne produira plus la Stella Artois à Jupille : les Wallons font-ils trop de grèves ?

Jupille ne brassera plus la Stella Artois pour les États-Unis en raison des grèves trop fréquentes. C’est ce qu’a annoncé la marque dans un communiqué, justifiant son choix par l’irrégularité de l’approvisionnement dû aux grèves qui bloquent les lignes de production. Le groupe ajoute aussi un argument écologique avec un transport moins impactant en produisant dans le pays de destination.

Il y a trop de grèves en Wallonie ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© MICHEL KRAKOWSKI – BELGA

"La grève fait partie de l’ADN du Wallon"

Eric, un auditeur originaire de Meise, dans la province du Brabant flamand, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Les chiffres nous prouvent que les Wallons font trop de grèves, c’est assez inouï par rapport à la Flandre. Je suis un francophone qui habite en Flandre et je peux vous dire qu’on entend beaucoup moins parler de grève. La mentalité du Flamand est complètement différente de celle du Wallon."

Je pense que c’était nécessaire et indispensable à une époque, mais que la grève est un système révolu et obsolète sur certains points maintenant

"Je pense que la grève fait partie de l’ADN du Wallon, les gens sont nés ainsi, c’est triste à dire mais c’est fondamental pour eux. Je constate que c’est beaucoup plus facile de travailler avec un Flamand, à n’importe quel niveau, mais je ne dis pas que les Wallons sont fainéants."

4 images
© BELGA ARCHIVES – BELGA

"La Wallonie est un cas particulier"

À Braine-l’Alleud, dans le Brabant wallon, Paul nous explique son point de vue : "J’ai travaillé dans beaucoup de pays et j’ai une certaine expérience au sujet de la mentalité des gens. Je dois reconnaître que la Wallonie est un cas particulier par rapport aux Pays-Bas ou à l’Allemagne : les raisons doivent être historiques, la Wallonie a connu l’industrie lourde, la sidérurgie et les charbonnages où, à juste titre, les syndicats faisaient beaucoup de bruit et je pense qu’il en reste quelque chose dans la mentalité wallonne. J’ai l’impression qu’en Wallonie, on pense d’avance que tout ce que dit le patron est faux, c’est un principe de base. En comparaison avec d’autres pays, lorsque les patrons font une proposition, il y a toujours moyen d’avoir une concertation avec les syndicats où chacun écoute les arguments de l’autre."

4 images
© KRISTOF VAN ACCOM – BELGA

"Les ouvriers ont des raisons de faire grève"

Enfin, du côté de Courcelles, Giuseppe conclut le débat : "Trop de grèves, je ne pense pas. S’il y a grève, c’est que les ouvriers ont des raisons. On dit toujours que les patrons exercent trop de pressions sur les ouvriers, mais les ouvriers n’ont que la grève comme moyen de pression. Je travaillais chez Caterpillar et je trouve que les multinationales font ce qu’elles veulent en Belgique, elles ne cherchent que le profit. Il ne faut pas toujours tout mettre sur le dos des ouvriers. Les multinationales nous accusent toujours de faire trop de grèves mais c’est une question de toujours vouloir plus de profit."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK