C'est vous qui le dites

Du lundi au vendredi de 09:00 à 10:30 sur Vivacité

Plus d'infos

À partir de quel moment une publicité vous dérange-t-elle ?

Une députée bruxelloise souhaite faire interdire les publicités sexistes dans les rues. Dans La Capitale de ce matin, elle explique qu’elle avait déjà dénoncé plusieurs publicités dernièrement, comme celle pour un burger qui avait déclenché une polémique, on y voyait une femme se faire gifler, ou une affiche d’un biscuitier avec une femme dans une position suggestive. Elle voudrait qu’il y ait une charte éthique sur laquelle se reposer pour interdire l’affichage de certaines annonces.

À partir de quel moment une publicité vous dérange ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

4 images
© LeoPatrizi – Getty Images

"Si ça pose problème, regardez ailleurs !"

Frédéric, un auditeur originaire de Pironchamps, dans la province de Hainaut, est intervenu à ce sujet sur notre antenne : "Aucune publicité ne me dérange. J’ai, par contre, l’impression que le sexisme s’installe de plus en plus dans le monde actuel. Les publicités avec des femmes dans des positions suggestives ont toujours existé partout, mais les féministes veulent l’interdire car elles commencent à avoir un certain pouvoir. Je pourrais alors tout aussi bien dire alors que ça me dérange qu’on montre toujours l’homme comme un personnage violent : c’est du sexisme aussi. Mais non, on parle toujours de la femme et jamais de l’homme."

On va finir par tout supprimer

"Je ne vois pas pourquoi on changerait la publicité et pour moi, s’il y a des gens qui y voient du sexisme, je leur conseille de regarder ailleurs."

4 images
© Gareth Brown – Getty Images

"Des esprits tordus"

À Antoing, dans la province de Hainaut, Carine nous fait part de son opinion : "Si on pense comme ça, alors il y a du sexisme dans toutes les publicités, qu’elles soient avec des hommes ou des femmes. Une certaine publicité pour un soda montre un homme torse nu en train de boire sa canette et toutes les femmes se retournent pour le regarder : c’est aussi du sexisme. Pour moi, les différentes publicités citées par la députée peuvent tout à fait être visibles dans les rues. Il faut garder la raison, c’est aussi les codes de la publicité. Pour moi il n’y a pas de limite dépassée, les personnes qui voient autre chose dans ces publicités sont des esprits tordus."

4 images
© filmfoto – Getty Images/iStockphoto

"Il ne faut pas confondre sexy et sexisme"

Le débat se termine à Gerpinnes avec Jean-Marc : " Personnellement, aucune publicité ne me dérange et je pense que les annonceurs effectuent déjà un tri à la base, par peur d’aller trop loin. Pendant tout un moment, il y avait une publicité avec des hommes en kilt et j’entendais souvent ma femme en parler et en rire avec ses copines. Cette publicité ne m’a jamais choqué, mais je pense que le sexisme peut aller dans les deux sens, il n’est pas uniquement ciblé sur les femmes. Il ne faut pas confondre sexy et sexisme, ce sont deux choses différentes. Pour moi, il n’y a pas de combat à mener à ce sujet pour la députée bruxelloise."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK