Bruxelles Matin

Du lundi au vendredi de 06:00 à 08:00 sur Vivacité

Plus d'infos

Avis aux amateurs de cinéma de quartier 

Avis aux amateurs de cinéma de quartier 
Avis aux amateurs de cinéma de quartier  - © Klaus Vedfelt - Getty Images

5 mois après le début des travaux, le cinéma Stockel a rouvert ses portes ce samedi du côté de Woluwe-Saint-Pierre.

Façade et hall remis à neuf, les amateurs du 7e art et  de films en tous genres ont pu apprécier le plaisir de se faire une toile en famille (tout en respectant les gestes dits barrières). 

Le travail de rénovation allie à la fois le style des années 50 et la modernité de notre époque moderne, inspirée du Grand Rex à Paris. Au-dessus de l’ancienne porte, où l’on mettait les affiches, il y a un grand écran de 10m 2. Le tout est résolument chic et tape à l’oeil. Vraiment, le ciné Stockel vaut le détour ! 

A l’affiche aujourd’hui: 

Yakari… ou la grande aventure du petit Sioux qui a le don de savoir parler la langue de tous les animaux qu’il rencontre en partant à la recherche d’un mustang réputé indomptable. 

Pour les enfants, c’est un dessin animé magnifique rempli d’émotions et de chansons. 

De Gaulle; 

Jardin Secret;

Tout simplement noir;

Le fabuleux destin du Stockel: 

Pour la petite histoire, nous sommes allés sur le site du ciné Stockel et avons découvert l'histoire de ce lieu magique... 

"Du haut de ses 14 ans en 1980, Alexandre va inopinément devenir projectionniste des lieux et ceci à trois périodes car le cinéma connaitra plusieurs fermetures, modifications et changements d’exploitants entre 1980 et 1985. Ces modifications n’ont pas toujours été heureuses mais le cinéma survit malgré tout alors que dans la capitale et dans la plupart des grandes villes, les palaces d’antan sont divisés de manière inégale. Le confort n’est pas souvent la priorité de l’époque, seul le nombre de salles importe afin de multiplier l’offre.

La plupart des autres salles dites de quartier sont alors transformées en magasins de tapis, drogueries, supermarchés, garages ou rasés pour faire place à des immeubles d’habitation. A savoir aussi : si la voiture et la télévision ont changé les habitudes des fidèles de ces innombrables salles de proximité, les distributeurs de films ont grandement participé à leur disparition ! En effet, le prix élevé des copies de films en 35 MM rendait leur nombre restreint. Ces copies circulaient de ville en faubourg dans un ordre de priorité bien établi et l’exploitant d’un cinéma dans une petite entité ne pouvait espérer programmer un film avant qu’un tas d’autres cinés plus importants aient projeté ce dernier…Sans doute une autre politique aurait-elle permis de sauvegarder une partie des salles car une commune, ville ou village sans salle de cinéma, c’est la perte d’une partie de public qui n’a pas l’envie ou les moyens de se déplacer vers ailleurs.

Après avoir relancé avec fougue les cinémas de Rixensart en 1991 et de Jodoigne en 2003, l’opportunité de reprendre le Stockel surgit fin 2015.
Comment refuser de reprendre le flambeau après avoir passé de si magnifiques années de ses 14 à 19 ans dans ces murs ?
Le défi est de taille car le côté perfectionniste quasi-obsessionnel d’Alexandre fait que l’idée sera d’en faire ni plus ni moins la salle la plus authentique de Bruxelles…

Un défi fou mais tellement excitant !"

 

INFOS PRATIQUES:

Le coût du billet reste au prix de 7 euros.

http://lightsinthecity.be/stockel/

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK