Votre avis : "Un problème mécanique fait partie de la course. Alors oui on peut attaquer."

Votre avis : "Un problème mécanique fait partie de la course. Donc on peut attaquer."
Votre avis : "Un problème mécanique fait partie de la course. Donc on peut attaquer." - © PHILIPPE LOPEZ - AFP

Vous trouverez ici les meilleurs moments de "Complètement Tour" ! Avec les commentaires de Samuel GRULOIS, les analyses de Rik VERBRUGGHE et Jean-Luc VANDENBROUCKE, les coulisses du Tour révélées par Lise BURION et David HOUDRET en studio !

Au terme d'un sprint très serré et au recours à la photo finish, Rigoberto Uran a remporté la 9e étape du Tour de France disputée entre Nantua et Chambéry. Après trois cols hors catégorie, le Colombien a devancé d'un rien le Français Warren Barguil (Sunweb) et le Britannique Chris Froome (Sky), qui conserve la tête du général. La journée a été marquée par les chutes et abandons du Britannique Geraint Thomas (Sky) et de l'Australien Richie Porte (BMC).

Rik Verbrugghe : "C'est difficile de ne pas attaquer quand on a un plan de marche prévu"

L’avis de Rik Verbrugghe : "Logiquement, on n’attaque pas un leader sur ennui mécanique ou sur une chute. Mais ici, dans ce cas de figure bien précis, on se retrouve à 6 kilomètres du sommet de la dernière montée. Il y a un enjeu qui est important, la victoire. Et dans le final, c’est difficile de ne pas attaquer quand on a un plan de marche prévu. Maintenant Aru s’est rendu compte qu’il n’arrivait pas à faire la différence avec les autres et quand il a entendu dans la radio que c’était un ennui technique de la part de Froome, il a ralenti, enfin du moins ils ont attendu Froome et tout est rentré dans l’ordre. Mais est-ce qu’il n’aurait peut-être pas dû appliquer son plan un kilomètre plus tard ? C’est la vraie question. D’un autre côté, je peux comprendre parce qu’à 6 kilomètres du sommet, il y a quand même un gros enjeu sur cette étape."

L’avis de Samuël Grulois : "Moi je reste un peu perplexe sur cette attaque d’Aru et je dois évidemment faire preuve de bonne foi. Et j’espère que lui aussi fait preuve de bonne foi quand il déclare qu’il n’a pas vu le souci mécanique de Froome. On le voit tous. Il est derrière lui, donc j’imagine quand même qu’il le voit. Maintenant ça va vite, il était en plein effort. Donc c’est difficile de juger ou de prendre parti par rapport à la sincérité des propos de Fabio Aru. Mais dans l’absolu, à un moment de l’étape où il ne se passe pas grand-chose, on n’attaque évidemment pas le maillot jaune qui a un ennui mécanique. Ça me parait évident. La nuance est de savoir à partir de quel moment on peut le faire."

Les coulisses du Tour avec Lise Burion

Ce dimanche avait lieu l'étape-reine de ce Tour ... avec 7 ascensions, dont 3 cols Hors Catégorie. Et aussi ... quelques descentes, évidemment. On a coutume de dire que le Tour ne se gagne peut-être pas dans une descente, mais qu'il peut s'y PERDRE ...

La dernière descente du jour, celle du Mont du CHAT, a d’ailleurs fait de gros dégâts avec la terrible chute de Richie Porte.

Comment les coureurs préparent-ils ces moments de course si particuliers ? Lise Burion en a parlé avec l'un des meilleurs descendeurs du peloton, le Français de l'équipe Direct Energie Sylvain Chavanel.

On la retrouve dans le podcast de notre émission de ce dimanche 9 juillet.

Vos meilleurs Tweets #VeloRTBF - SMS 3063 - Facebook @VivaciteCompletementFoot

  • "Un problème mécanique fait partie de la course . Oui on peut attaquer. Dans les sports motos et auto cela fait partie du jeu. André"
  • "Tout à fait d'accord avec Aru, il faut attaquer Froome quelles que soient les circonstances de l'étape. Froome ne s'est pas arrêté quand Porte est tombé ! Laurent de Ciney"
  • "J'ai regardé la dernière heure du tour de France ce dimanche. Je pense qu'on devrait donner directement le maillot jaune à Froom, puis que les autres fassent une course entre eux. Quand Aru attaque, il doit se relever et attendre Froome qui a un ennui technique. Et visiblement, ce sont les directeurs d'équipe qui passent la consigne dans l'oreillette. Par la suite, quand Porte tombe, entraînant avec lui Martin, c'est Froome qui est devant et jamais on ne lui demande d'attendre l'infortuné Martin.
  • "Oui Aru a eu raison, Froome lève la main ok, va savoir pourquoi ! Il peut demander à boire ou n'importe quoi d'autre. Mais voilà c'est Monsieur Froome il DOIT gagner ! Arlette de Russeignies".
  • "Dans une course de F1. Quand il y a une voiture qu' y a un problème d' embrayage. Est ce que les autres s'arrêtent ?"  
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK