Une équipe de la RTBF a testé une journée sans smartphone… On n'a plus de nouvelles !

Une équipe de la RTBF a testé une journée sans smartphone... On n'a plus de nouvelles !
7 images
Une équipe de la RTBF a testé une journée sans smartphone... On n'a plus de nouvelles ! - © Echo - Getty Images/Juice Images RF

Il y a la journée mondiale sans tabac (le 31 mai), la journée mondiale sans Facebook (le 28 février), la journée mondiale sans achats (le 26 novembre), le mois sans alcool… Et puis les journées sans téléphone portable (les 6, 7 et 8 février).

En 2001, l’écrivain français Phil Marso lance la Journée Mondiale sans téléphone portable. Il propose lors de cette première édition de lâcher son téléphone pendant 24 heures. Il n’appelle pas au boycott de ce dernier mais plutôt à une utilisation restreinte. Trois ans plus tard, l’événement est allongé sur trois jours afin de susciter la réflexion sur cet objet quotidien.

Danger immédiat

Au volant, il suffit de quelques secondes d’utilisation du téléphone pour faire basculer une vie. Téléphoner, lire ou écrire un sms, un mail, regarder une notification… Des gestes qui se banalisent même au volant ?

Selon une étude française réalisée en 2019, un conducteur sur deux déclarait utiliser son téléphone en conduisant. Un chiffre inquiétant au regard des risques encourus : lire un message, par exemple, multiplie par 23 le risque d’accident. Cette attitude semble pourtant devenir une habitude puisqu’ils étaient déjà 46% à répondre par la positive à cette question en 2018.

Dangers collatéraux

Au 20ème siècle, le quotient intellectuel de la population n’a cessé d’augmenter. Ce phénomène appelé l’effet Flynn s’inverse cependant depuis quelques années. En juin 2018, une étude norvégienne révèle que la baisse de QI observée ces dernières années en Occident est due à une cause environnementale. Le monde hyperconnecté dans lequel nous vivons ne sollicite plus notre mémoire comme c’était le cas sans nouvelles technologies.

Aussitôt, ça a sonné comme un défi

La question : est-ce qu’il est possible de se passer de smartphone pendant une journée, dans un monde hyperconnecté où chaque seconde de vide ou d’ennui est occupée par un tour sur les réseaux sociaux ? Ils avaient fait le test en 2018. A la fois pour le challenge, à la fois pour interroger notre rapport à cet outil que nous avons su rendre indispensable.


►►► A lire : Nous avons testé une journée sans smartphone (et ce n’était pas évident)


Depuis… Plus aucunes nouvelles ! Peut-être sont-ils loin, très loin et si bien ? Peut-être qu’ils ne s’en sont jamais remis ?

Les 6-7 et 8 février

Trois jours pour tester, trois jours pour se déconditionner, trois jours pour prendre la juste mesure des dangers de l’usage des téléphones portables en conduisant ou dans notre quotidien.

Et vous, êtes-vous prêts à vous déconnecter ?

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK