Une araignée recluse débarque en région liégeoise !

Ce matin, on apprend dans les éditions de Sudpresse que, Nathan 13 ans, a été mordu par une araignée venimeuse : la recluse brune ! Le jeune garçon a évité le pire. Pourtant, cette morsure aurait pu virer au cauchemar...

Pour en parler avec nous ce matin, Gaëtan Doppagne, formateur de NAC pour les services de pompiers, de la protection civile et de la police en Belgique francophone. L'araignée recluse est également appelée l'araignée violoniste : "Elle a une forme de violon sur le céphalothorax, la partie avant. Au début, elle vivait principalement aux États-Unis et le problème c'est qu'elle a été apportée par des containers mais elle est aussi arrivée par plusieurs voies sur l'Europe et un peu partout dans le monde. Elle s'est adaptée avec le climat et on peut la retrouver chez nous aujourd'hui, même si c'est assez rare. Les cas qui ont déjà été détecté l'ont surtout été dans le Sud de la France. Ici, à ma connaissance, c'est le deuxième cas que je traite depuis les nombreuses années où je travaille dans le domaine des araignées".

Selon notre expert, Nathan a réellement échappé à la mort ou du moins n'est pas passé loin d'une catastrophe : "Le problème, c'est que c'est un venin vraiment toxique qui provoque de grosses nécroses. Quand on regarde les photos, la peau est carrément rongée par le venin. En fait c'est un venin pour lequel il faut agir dans les 24 à 48 heures au sinon, on risque des problèmes beaucoup plus graves par la suite. Ce venin va créer des zones de cratères comme un volcan, à la manière d'un tube digestif et va digérer les tissus. C'est ça qui provoque de grosses nécroses et, souvent, ça mène à l'amputation. On a aussi des cas graves qui arrivent moins couramment et heureusement où le venin va provoquer des nausées, des vomissements, de la fièvre et mener à des blocages au niveau des reins et au niveau respiratoire. Généralement, quand les gens meurent d'une morsure de recluse, c'est dû à un blocage respiratoire".

"La recluse n'est pas spécialement agressive !"

Cependant, Gaëtan Doppagne nous rassure, il y a très peu de chance de se retrouver nez à nez avec cette espèce : "Il ya peu de chance de la croiser. Le gros souci qui s'est passé avec Nathan c'est qu'il s'est assis sur un pouf et l'araignée était dessus. La recluse n'est pas spécialement agressive. Il s'agit d'une araignée tranquille qui vit cachée. Elle a probablement dû se sentir coincée et son réflexe a été de le mordre. Une araignée ne mord jamais par plaisir. L'araignée recluse est toute petite et sa taille varie de huit milimètres à un centimètre voire un centimètre et demi. Sa couleur varie également de jaunâtre à brune. Elle peut se confondre avec les araignées de chez nous, elle n'a rien avoir avec les mygales ou celles qui sont colorées avec beaucoup de poils".

"Il faut directement aller aux urgences"

Il existe plusieurs façons de détecter sa morsure : "Il y a deux types de morsure. La morsure peut ne pas être douloureuse. L'araignée va juste introduire les crochets sans injection de venin, c'est ce qu'on appelle la morsure préventive. Il y a des personnes qui réagissent plus vite que d'autres à la douleur mais généralement, c'est une douleur vive. Enfin, ce qui ne pardonne pas dans l'identification d'une recluse c'est cette forme de cratère qui va s'étendre à l'endroit où vous avez été mordu. Il y a une plaque rosâtre, violacée autour des deux points d'impacts des crochets à venin au début et puis ça va gonfler et vite devenir violet, noir et là, c'est la nécrose qui commence".

Dès que ces signaux apparaissent, vous devez directement aller à l'hôpital : "Il faut directement aller aux urgences et essayer d'éviter les mouvements pour la personne. Au plus on va bouger, au plus on va accélérer la circulation sanguine avec les battements du coeur et ça va faire progresser le venin plus rapidement. Ne pas poser un garot. Il faut ralentir les bâtements du sang, aller aux urgences et essayer de calmer la personne parce que le stress va aussi tout accélérer".

Source de l'information :

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK