Témoignage Viva for Life : "On aimerait bien avoir un chauffage comme les gens normaux"

Ce matin, Viva for Life nous partage le reportage de Charlotte Legrand. La journaliste a rencontré un jeune couple de Charleroi qui va accueillir leur premier enfant dans quelques semaines et qui vit dans un studio sans eau chaude ni chauffage.

Un enfant sur 10 vit dans un logement mal chauffé. C’est ce qui pourrait arriver au bébé d’Amélie. Elle et son compagnon vivent dans un petit studio à Charleroi, sans aucun confort.

Amélie a 18 ans et nous raconte son parcours : “J’ai été dans des centres, dans des familles d’accueil et j’en ai eu marre donc je me suis mise à la rue. Y a deux ans d’ici, j’ai passé Noël et Nouvel an dehors. C’était il y a deux ans, maintenant j’avance, je vais avoir mon enfant”.

Ils vivent dans un petit studio avec mezzanine dont le chauffage ne fonctionne pas et ils n’ont pas accès à l’eau chaude : "je vais devoir déménager car mon propriétaire doit faire réparer le chauffage et l’eau chaude qu’on n’a pas depuis 6 mois.

Le compagnon d’Amélie explique qu’ils gagnent chacun 70 euros par semaine et doivent payer une somme astronomique pour l’électricité selon eux : “C’est l’électricité qui nous met à terre. On paye 117 euros par mois”.


► A lire aussi : Emmanuelle nourrit sa famille avec 1 euro : "Mais j’ai un toit, j’ai beaucoup de chance”


Forcément la crainte principale dans cette situation est que le bébé naisse dans cet appartement mal chauffé. Amélie raconte : Mon propriétaire m’a dit qu’il allait réparer mon chauffage mais il devait déjà le faire la semaine passée. Puis il a dit que ce n’était pas possible avec le coronavirus. 

On aimerait bien avoir comme les gens normaux un chauffage, avoir de l’eau chaude avoir tout ce qu’il faut, on aimerait bien mais on ne peut pas demander tout non plus ajoute son compagnon.

Malgré sa situation difficile, la future maman reste positive : Certes on paye trop cher mais au moins on a un toit sur la tête […] On s’est retrouvé à la rue, puis en logement donc ça peut aller que mieux". 

Je n’ai pas envie de partir défaitiste, j’ai envie de me dire qu’on va s’en sortir

Amélie et son compagnon sont aidés par ECHOLINE, une association qui espère recevoir des subsides de Viva For Life. Les premières années de vie de l’enfant sont déterminantes pour son développement et son avenir. C’est pour cela que Viva for Life finance des associations qui accompagnent les enfants dès leur plus jeune âge : des haltes accueil, des lieux de rencontre parents-enfants, des maisons didactiques,…

Je fais un don
Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK