Pour en finir avec "la danse pour les filles et le foot pour les garçons"

Cette semaine, notre chroniqueur Mathieu Neuprez des Grenades a parlé de la reprise du sport à Bruxelles, de la visibilité des sportives et des inégalités de genre dans le sport !

Ceci rappelle une campagne d’image (de pub, donc) créée par Always il y a quelques années, et qui était édifiante ! La campagne " Comme une fille " date de 2014 mais n’a pas pris une ride. Regardez cette vidéo courte qui montre la campagne.

Et vous, comment auriez-vous réagi ? Et au fond, depuis quand faire les choses "comme une fille" est-il devenu une insulte ?

Voilà une vidéo un peu plus longue, qui pose plus de questions. Notamment celle-ci : est-ce que faire quelque chose " comme une fille " est une bonne chose ou une mauvaise chose ?

Il est étonnant de voir que les petites filles sont pleines de force mais qu’à partir de l’adolescence, leur confiance en elle et en leurs capacités a faibli. Avez-vous fait le test vous-même en regardant la vidéo ? Comment auriez-vous mimé " courir comme une fille " ou " vous battre comme une fille " si vous aviez été interrogé comme les jeunes, filles ou garçons, de la vidéo ? Là aussi, nous sommes nombreux et nombreuses ( !) à avoir le réflexe de minimiser, voire ridiculiser, les deux actions… Nous sommes toutes et tous conditionné-e-s à minimiser le pouvoir et la force des femmes !

Or, il y a de grandes championnes dans toutes les disciplines sportives du monde ! Nous parlions d’ailleurs il y a quinze jours d’Amal Amjahid, 25 ans, Molenbeekoise, octuple championne d’Europe et du Monde de Ju-Jitsu ! C’est son nom que portera le nouveau hall des sports de la commune. Et elle n’est pas la seule ! Mais combien de championnes connaissons-nous ?

Les stéréotypes de genres sont encore bien présents partout dans le sport !

La petite ira au cours de danse ou à la gymnastique rythmique, le petit au foot ou au karaté. "Grâce, souplesse, agilité pour les filles ; endurance, rapport de force et esprit de compétition pour les garçons", indique une étude de l’Insee, chiffres à l’appui.

Et dans les faits, bien plus de garçons pratiquent une activité sportive : 51,8% des garçons de 5e et 6e primaire déclarent pratiquer une activité sportive plus de trois fois par semaine, contre 28,1% des filles. En secondaire, la pratique intensive du sport concerne 38,2% des garçons, contre 18,3% des filles.

Des écarts dus notamment au manque de visibilité des championnes et à l’absence de rôles modèles féminins. Si vous avez envie d’aller un peu plus loin sur le sujet, voici un article très complet du média féministe de la RTBF : les Grenades !

 

 

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK