Mike: "Je voudrais que les victimes d'accident puissent dire "non" aux avocats au grand appétit financier"

Mike, ancien animateur TV et radio et humoriste, attaque son avocat. Après un accident de moto qui l’a rendu tétraplégique, il touche une grosse indemnité pour couvrir ses frais médicaux… Son avocat lui réclame 5% de cette somme. Mike refuse de lui payer, il en a besoin pour survivre. Dans un tel cas, un avocat doit-il prendre un pourcentage des indemnités ?

C’est une information à lire dans Sudpresse aujourd’hui, après un accident de moto en 2006, la carrière de Mike s’arrête net, il est tétraplégique. Après une bataille contre son assurance, il est indemnisé… On parle de plusieurs millions d’euros qui servent à couvrir les frais liés à cette nouvelle vie, dans une chaise roulante, dépendant des autres pour vivre. Son avocat réclame 5% du montant pour ses honoraires. Mike refuse et se bat pour que toutes les victimes dans son cas ne voient pas une partie des indemnités servant à couvrir les frais de vie après un tel drame ponctionnée par un avocat. Dans un tel cas, un avocat doit-il prendre un pourcentage des indemnités ?

Mike, ancien animateur radio: "Ce qu'il s'est passé, c'est qu'il a été rémunéré grassement pour le travail effectué via mon assurance en justice. Il a touché une très grosse somme d'argent. Et maintenant, il me demande des honoraires en plus alors que je n'ai jamais été prévenu et que je n'ai jamais signé de transaction. Et c'est pour ça que je me suis décidé à parler aujourd'hui parce que je voudrais que toutes les personnes qui sont ou qui seront malheureusement confrontées à ce genre d'accident ne se laissent plus faire et fassent en sortent qu'un avocat soit payé par rapport au travail qu'il effectue et pas par rapport à un pourcentage de l'argent qui va vous servir à vivre."

Mike regrette également les mauvaises langues qui lui demandent de se contenter de la somme touchée et de ne pas s'opposer à la demande de son avocat: "Je préférerais ne rien avoir touché. Ça voudrait dire que je n'aurais pas eu mon accident. J'aurais pu apprendre à ma fille à rouler en vélo, nager avec elle... Cet accident a détruit ma vie. Je voudrais que les victimes d'accident puissent dire "non" aux avocats au grand appétit financier."

Malgré le fait que Mike ait interjeté l'appel, au fond de lui, il sait qu'il risque de tout de même devoir payer ce surplus d'honoraires: "Je risque réellement de devoir payer parce que c'est légal mais à partir du moment où il y a un accord avec l'avocat ou une transaction signée. Or dans mon cas, je n'ai absolument rien signé."

A long terme, payer cet honoraire supplémentaire privera Mike de certains soins: "C'est clair que dans quelques années, je ne pourrai plus subvenir à mes besoins si je paye ce surplus à mon avocat..."

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK