Michel : "Quand les voitures roulent à 120 km/h sur l'autoroute, j'ai peur pour ma vie !"

Michel :
Michel : - © Tous droits réservés

Vous devrez bientôt rouler à 100 km/h sur le ring de Bruxelles sur les tronçons flamands et bruxellois dans le but de réduire les émissions de CO2. Vous appréciez le changement ?

Le gouvernement flamand a annoncé hier l’abaissement à 100km/h des tronçons du ring de Bruxelles gérés par la Flandre dans le but de diminuer les émissions de CO2 et atteindre les objectifs du plan climat fixés pour 2030. Dans la foulée, la Région bruxelloise a annoncé suivre le mouvement, au contraire de la Wallonie qui devra d’abord se pencher sur la question et obtenir un consensus.

Appréciez-vous le passage de 120 à 100 km/h ? C'est la question que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites". 

À ce propos, Michel d'Anderlecht apprécie ce changement : "Je suis pour et je roule déjà à 100km/h aujourd'hui. J'ai un petit véhicule que j'ai acheté au mois d'avril. Il n'est malheureusement pas très puissant et, quand je croise les autres véhicules tous les jours sur la route de Hal, Braine-l'Alleud et Petit-Enghien, ils veulent aller plus vite et essaient de me dépasser. Ils klaxonnent et me font des appels de phares (...) Quand les voitures roulent à 120 km/h sur l'autoroute, je me sens en danger avec les automobilistes ainsi que les camions. Je vous avoue que j'ai réellement peur pour ma vie". 

"C'est pour faire rentrer de l'argent dans les caisses de l'État !"

Jean-François de Tubize ne partage pas l'avis de Michel ce matin : "Cela va changer quoi ? En Hollande, ils l'ont déjà fait et il n'y a pas beaucoup de gens qui acceptent ce changement. Ici, sur le ring, ça n'ira pas non plus. C'est une raison de plus pour l'État de mettre des radars, flasher beaucoup plus et avoir de l'argent qui rentrera dans les caisses. Je pense que c'est le seul enjeu. Pourquoi on ne fait pas ça pour les poids lourds ou encore les avions ? Pourquoi ce sont toujours les petits, qui ont besoin de leur véhicule pour aller travailler, qui doivent payer pour les conséquences des grands ? Cela ne va rien changer, les radars vont faire rentrer de l'argent à l'État et ce sont les petits qui payeront toujours, les grands n'en paieront jamais le prix."

Nous vous invitions à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C'est vous qui le dites"

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK