Michaël, propriétaire d'un magasin spécialisé pour bébés : "C'est inconscient d'ouvrir!"

Les magasins spécialisés pour bébés peuvent à nouveau ouvrir leurs portes.

Sont-ils essentiels ? D’autres magasins devraient rouvrir ? À l’inverse, d’autres activités doivent-elle cesser ? Ce sont les questions que l'on vous posait ce matin dans "C'est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l'émission...

"Nous avons une responsabilité médicale envers nos clients!"

Michaël de Charleroi est propriétaire d'un magasin spécialisé pour bébés et tient absolument à laisser son commerce fermé pour la santé de ses clients : "Quand les clients rentrent dans le magasin, le plus souvent c'est une famille. Qui dit famille, dit papa, maman, les enfants et, parfois, le samedi quand nous avons beaucoup de monde, je retrouve des enfants dans les étalages, qui touchent la marchandise. Alors, comment puis-je me permettre de laisser rentrer ces gens, véhiculer éventuellement le virus et prendre le risque de contaminer d'autres personnes ? Y compris des femmes enceintes qui viennent chez nous parce qu'elles ont besoin d'acheter une poussette. C'est une responsabilité énorme que nous avons vis-à-vis de nos clients d'un point de vue médical. Pour moi, c'est inconscient d'ouvrir ! On a un système qui existe chez nous où l'on peut nous téléphoner. Nous ne pouvons pas ouvrir le magasin dans cette période de confinement". 

Pour mon commerce, c'est une catastrophe mais restez chez vous !

Michaël rappelle également qu'en cas de fermeture des magasins spécialisés, les supermarchés ou les pharmacies peuvent être une solution : "Je ne vais pas prêcher pour les grandes surfaces mais comme ils sont obligés d'ouvrir, ils ont toujours certains articles comme des tétines ou encore le lait en poudre. Pour le moment, je ne vais pas mentir, la stabilité de mon commerce est difficile. C'est une catastrophe ! Nous devons payer les frais fixes, continuer à payer le loyer et plein d'autres choses". 

4 images
Témoignage d'un propriétaire de magasin : "C'est inconscient d'ouvrir !" © ljubaphoto - Getty Images

Pour terminer, Michaël souhaitait adresser un message à toutes les familles : "Restez chez vous, restez confinés ! Si vraiment il y a une urgence pour une liste de naissance ou pour une poussette, il suffit de nous appeler et on trouvera une solution pour vous l'amener en toute sécurité mais de grâce respectons ces règles! Il nous reste trois semaines, arrêtez d'aller vous balader dans les parcs, de faire des bêtises et restez chez vous et comme ça, on éliminera ce virus !". 

4 images
Témoignage d'un propriétaire d'un magasin spécialisé : "C'est inconscient d'ouvrir!" © Tous droits réservés

"En pharmacie, les produits sont 3x plus cher!"

Sylvie de Ath ne partage pas le même avis que Michaël. Pour elle, l'ouverture de ces magasins est vraiment nécessaire : "Quand les enfants sont à la crèche toute la journée, ils s'occupent avec un tas de choses. Ici, il faut tout le temps les occuper et ce n'est pas toujours évident. De plus, il y a des produits que je ne trouve pas dans les supermarchés. Il faut changer les biberons, les tétines et les vêtements. Des produits que je retrouve en pharmacie mais qui coûtent trois fois plus cher". 

4 images
Témoignage d'un propriétaire d'un magasin spécialisé : "C'est inconscient d'ouvrir!" © Floortje - Getty Images/iStockphoto

"Par sécurité, je ne vais plus dans les grandes surfaces"

Michèle de Cuesmes, par mesure de sécurité, préfère aller dans des petits commerces plutôt que dans les grandes surfaces : "J'ai un petit-fils de 3 mois et je pense que c'est important de pouvoir continuer à le vêtir. Je ne vais plus dans les supermarchés. Je vais uniquement dans les petites surfaces, j'essaie de faire vivre les commerces du coin où j'habite. Je ne sais même pas si les grandes surfaces ont tout ce qu'il faut pour les bébés et si c'est ouvert".  

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et vous donnons RDV du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et la Une pour trois nouveaux débats.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK