Mais qui sont les gardiens des parcs bruxellois ?

Avec les beaux jours et la crise sanitaire, vous êtes nombreux à profiter des espaces verts de la capitale pour vous ressourcer. L’occasion de s’intéresser à ceux qui veillent sur eux et vous y accueillent : les gardiens et gardiennes de parc.

Au sein de Bruxelles Environnement, il y a une panoplie de métiers. Des jardiniers aux ingénieurs en passant par les architectes, les inspecteurs et les gardiens de parc évidemment. Avec cette crise et la fréquentation accrue des espaces verts, ils jouent depuis des mois un rôle particulier.

Un rôle essentiel

On les reconnaît facilement, grâce à leur uniforme vert foncé avec un logo, à savoir l’arbre de Bruxelles Environnement. Durant la période estivale, 210 hommes et femmes veillent sur une centaine d’espaces verts gérés par Bruxelles Environnement.

Ils ont différentes casquettes. On ne parle plus de leur habillement ici mais bien de leurs missions. On peut les comparer à un couteau suisse.

Ils assurent l’accueil du public, l’ouverture et la fermeture des parcs, ont un rôle d’information, de maintien de la propreté. Ils jouent aussi un rôle important de prévention et de sécurité. Ils anticipent les risques liés aux aménagements mais aussi aux comportements des usagers. Avec le covid par exemple, ils ont dû sensibiliser sans cesse les citoyens au respect des règles sanitaires. De manière générale, ils attirent aussi l’attention du public, quand c’est nécessaire, sur le respect du règlement. Enfin, ils contribuent dans bien des cas à développer une cohésion sociale.

Nouveau rôle, nouvel uniforme

Un nouveau rôle s’ajoute au métier : celui de gardien animateurVous les reconnaîtrez car ils portent un training vert pomme et noir, et ils ont cette particularité qu’ils proposent des animations. Ils organisent par exemple des matchs de volley, de football en période hors covid ou encore des initiations au parcours santé à Laeken. Ces activités sont vraiment un outil de prévention et de sensibilisation, et permettent de tisser un lien social. Il y a des gardiens animateurs par exemple au parc Gaucheret, de la Senne, ou encore à la Rosée et à la Porte de Hal, ou encore à l’est, au Rouge-Cloître. Bref, un peu partout à Bruxelles.

S’adapter à la fréquentation

Les parcs sont particulièrement fréquentés en cette période. Des saisonniers viennent donc prêter main-forte. Bruxelles Environnement s’adapte ainsi à cette réalité, celle d’une fréquentation accrue au printemps et en été. 53 saisonniers ont donc été engagés cette année. Ils renforceront l’équipe jusqu’à fin septembre. 210 gardiens et gardiennes sillonneront donc les parcs jusqu’à l’arrivée de l’automne.

De plus en plus de femmes

Si les métiers de terrain comptent toujours une majorité d’hommes, Bruxelles Environnement s’emploie à féminiser ces métiers. L’objectif est double : être davantage le miroir de la population et ainsi rendre plus accessible les parcs aux femmes. Et cela paye. Parmi les saisonniers engagés cette année, le pourcentage de femmes est de près de 20%.

Retrouvez ici le site dédié aux parcs bruxellois.

Chaque lundi, retrouvez les bons plans et infos utiles de Pascale Hourman, porte-parole de Bruxelles Environnement dans Vivre Ici Bruxelles entre 14h et 16h.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK