Les poules ont la "Cot"! Quels sont les bons conseils avant d'investir dans un poulailler ?

Depuis le confinement, de nombreux revendeurs de poules ont constaté une véritable razzia sur les poules pondeuses. Que faut-il savoir pour ceux qui veulent investir dans un poulailler ? Voici les tous bons conseils de Caroline Sury.

Les poules ont la "cot"

4 images
Les poules ont la Cot! Quels bons conseils avant d'investir dans un poulailler ? © georgeclerk - Getty Images
Les poules ont la Cot! Quels bons conseils avant d'investir dans un poulailler ? © Sollina Images - Getty Images/Tetra images RF
Les poules ont la Cot! Quels bons conseils avant d'investir dans un poulailler ? © Westend61 - Getty Images/Westend61

C'est une véritable razzia, les poules ont la "cot" mais que faut-il savoir avant d'investir dans un poulailler ? On suit le guide, c'est parti pour une petite visite virtuelle côté nature avec Caro :

  • Une  poule supporte le froid mais l’humidité la rend malade. Un bon poulailler doit idéalement être construit avec des planches d’au moins 1 cm d’épaisseur. Les poulaillers que vous trouverez dans le commerce à environ 150€ n’ont pas toujours cette caractéristique. C'est pourtant essentiel.
  • Un bon poulailler, qui peut abriter 3/4 poules coute de 200 à 220€ + 25€ pour la mangeoire et l’abreuvoir.
  • Il existe des systèmes de sécurité contre les renards pour les quartiers proches des bois et des forêts.
  • La base est une bonne fixation du poulailler sur une dalle + un grillage enterré d’au moins 30 cm pour la volière.
  • En plus : il existe aussi des appareils à ultrasons (50€) qui envoient un flash de lumière à l’approche d’ intrus.

Et ça coûte combien une poule ?

  • Si vous êtes exigeant sur le fait de connaître la provenance de votre poule et que vous voulez vous assurer qu’elle n’a pas été élevée en batterie, mieux vaut vous diriger vers un élevage de volailles plutôt que dans une animalerie ou un magasin de jardinage.
  • Là-bas, vous pouvez trouver des poules pour environ 5€, mais elles seront en général assez jeunes et ne pondront pas avant quelques mois. Par ailleurs, il faudra les vacciner.
  • Acheter des poules dans un élevage vous reviendra plus cher (environ 15€) mais vous pourrez plus rapidement déguster une omelette et vous pourrez vous passer de la visite chez le vétérinaire.
  • De plus, les poules industrielles ont une période de ponte intense pendant une année. Elles donnent jusqu’à 250 œufs entre leurs 5 et leurs 18 mois, mais ensuite, elles pondent de manière plus irrégulière. Une poule de race va donner moins d’œufs, entre 100 et 150 par an, mais de manière plus régulière, pendant 3 à 6 ans.

Et niveau alimentation, on choisit quoi ?

  • Votre poule n’est surtout pas votre poubelle de table. Elle peut vous aider à terminer les restes, mais elle n’avalera pas tout et n’importe quoi. La base de l’alimentation des poules, c’est le grain. C’est leur ‘steak frites’ tandis que les épluchures, les déchets organiques sont leur petit dessert.
  • Nourrir vos poules n’est donc pas gratuit. Un sac de 25 kg d’un mélange de grains complets: 8 à 13€, ou plus en bio.
  • Le coût total en nourriture variera en fonction de la taille des individus et de la présence ou non de rongeurs qui peuvent manger une partie de la ration que vous distribuez à vos poules.
  • Ainsi, certains éleveurs comptent 100 gr/jour/poule, tandis que d’autres comptent le double. En fonction du prix du sac de grains et de l’appétit de vos volatiles, le coût mensuel de l’alimentation d’une poule varie de 1-4€/mois.

Et donc niveau rentabilité, ça donne quoi ?

  • Une fois ces investissements consentis, vous avez sans doute envie de savoir si vous allez pouvoir compter sur vos poules pour nourrir votre famille. Une poule donne donc entre 100 et 250 œufs par an (selon sa race), voire 280 œufs pour les pondeuses les plus actives.
  • Avec quatre poules, vous avez donc a priori de quoi assurer votre consommation d’œufs pour un ménage de quatre personnes (si l’on estime la consommation à 12 œufs par semaine). La somme que vous auriez déboursée pour acheter l’équivalent aurait atteint 250 euros (à 0,40 euro/pièce pour un bon œuf dans le commerce).
  • Avec un investissement de départ de 300 euros, il vous faudra donc quelques années pour commencer à être "rentable", en sachant que vous devrez aussi acheter de nouvelles poules lorsque les plus anciennes ne donneront plus d’œufs. Votre "rentabilité" dépendra aussi beaucoup du coût en nourriture. Si vous tournez autour de 4 euros/mois (un peu moins de 200 euros par an), le gain financier sera minime. Si vos poules sont moins gourmandes, vous serez forcément plus rentable. De fait, si vous dépensez environ 1 euro par poule par mois en grains, vous dépenserez moins de 50 euros de nourriture par an.
  • Etant donné la variabilité de ces paramètres (nourriture, type de poulailler, race de poule), difficile de dire à l’avance qu’une poule à la maison est un super-plan financier ou pas. Cela tombe bien, car le gain pour votre portefeuille ne doit pas être votre motivation principale.

La revente des œufs, permis ou interdit ?

  • Pour le SPF Economie, si cela se produit de manière occasionnelle et que vous n’en tirez pas un revenu régulier, pas de problème.
  • Du côté du fisc, vous ne devez pas déclarer les revenus des oeufs que vous vendez car il s’agit de la gestion normale de votre patrimoine privé. Ces revenus ne sont donc pas taxés.

Caroline Sury

 

Découvrez tous les bons plans de Caro sur sa page facebook - C'est par ICI

 

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK