Les favoris, les surprises et les déceptions de l’Euro : le débriefe d’Eby Brouzakis

Alors que les Diables Rouges entament ce soir à 21 heures leur 3e rencontre avec l’espoir de terminer 1er de leur groupe. Eby Brouzakis journaliste sportif propose son analyse sur un 1er bilan du tournoi dans le regard sport du 8/9. Même si jusqu’à maintenant les favoris sont plus au moins au rendez-vous…

Les Diables ont été bousculés face au Danemark mais ils ont prouvé qu’ils seront là dans cet Euro. Il faudra être fort contre notre équipe maintenant que les cadres sont de retour. Alors faut-il calculer pour aller chercher la 2e place plutôt que la première et s’offrir un calendrier potentiellement plus simple ?

" En parlant de réfléchir après, il y en a un qui aurait mieux fait de réfléchir avant. C’est ce consultant français Gilles Favard qui a affirmé que les Diables Rouges allaient rentrer chez eux manger des frites ".

Pas malin de n’opposer que cela aux arguments de Thomas Meunier quand il disait qu’en tant que numéro 1, il faudra une armada pour nous battre.

Cette caricature de ce consultant est vide. " Et derrière il y a aussi eu ce titre de l’équipe " comme en 18 " avec notamment cette allusion à la guerre 14-18. Sans revenir en profondeur sur ça, car cela a déjà été fait, je me dis juste que les Français sont les champions pour attiser la motivation des adversaires " commente Eby.

Les favoris

S’ils retrouvent l’Allemagne à Munich, ou s’ils affrontent les Diables Rouges, il ne faudra pas chercher loin pour motiver les adversaires des Français. Ils devraient s’inspirer des Italiens qui eux ne parlent jamais de la sorte avant un match. " Au contraire, ils vantent les mérites de l’adversaire, souvent s’imposent et puis après ils débriefent ".

Et en parlant de l’Italie, elle cartonne dans cet Euro. Elle joue chez elle et est en train de devenir le favori numéro 1 de ce tournoi.

En fait après cette première semaine, j’en vois quatre. L’Allemagne et l’Italie. Et un cran derrière, la Belgique et la France.

Au rayon des surprises

Le Pays de Galles, la Tchéquie et la Slovaquie sont plutôt bien partis dans cet Euro. Par contre la Turquie était attendue comme une possible révélation et ça n’est pas vraiment le cas. " L’Espagne jouera gros face à la Slovaquie lors du 3e match. Pour l’instant on peut parler de déception " ajoute encore Eby Brouzakis.

Enfin mention spéciale à Christiano Ronaldo qui comme à son habitude répond présent. Il en est à 3 buts. Il est incroyable.

Retrouvez le regard sport avec Eby Brouzakis, notre journaliste sportif maison, tous les lundis dans Le 8/9.

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK