Les données de l'application de fitness Strava dévoilent l'emplacement de bases militaires américaines

Les données de l'application de fitness Strava dévoilent l'emplacement de bases militaires américaines
2 images
Les données de l'application de fitness Strava dévoilent l'emplacement de bases militaires américaines - © Tous droits réservés

À la fois application de fitness et réseau social pour les sportifs du monde entier, Strava est très prisée, notamment par les coureurs. À tel point que leurs courses peuvent révéler des données parfois sensibles.

Trop d'information tue l'information ? C'est en tout cas ce que doit penser l'armée américaine face à la révélation postée sur Twitter par Nathan Ruser, de l'Institute for United Conflict Analysts. En effet, en utilisant les données GPS du smartphone de l'utilisateur, Strava a pu composer une carte indiquant les zones où les sportifs étaient les plus actifs. 

Oui, mais voilà : les militaires aussi aiment s'entrainer avec l'application. Résultat : des bases militaires et des avant-postes, forcément absents des systèmes de cartographies grand public (Google Maps en tête), se retrouvent ici éclairés comme des sapins de Noël. Sur la carte, publiée en novembre 2017, Stava a indiqué plus de 3 billions de données GPS. Mais pour Nathan Ruser, cette carte "est très jolie, mais les bases américaines y sont clairement identifiables et il est possible de les cartographier. Si les soldats utilisent l’application comme le font les civils, en activant le suivi quand ils vont s'exercer, cela pourrait être particulièrement dangereux."

 

Dans des pays comme l'Afghanistan ou la Syrie, les bases sont clairement indiquées, notamment par leur isolement. Pire, en zoomant, il est même possible de distinguer les allées et chemins intérieurs empruntés par les militaires. "En Syrie, les bases de la coalition sont de vrais phares dans la nuit. Quelques points lumineux au-dessus de positions russes connues, pas de signes notables pour les bases iraniennes" explique Tobias Scheider, spécialiste de la sécurité. 

Du côté du Pentagone, la carte pose très logiquement un problème. "Le département de la Défense prend très au sérieux ce genre de questions, et est en train d'évaluer la situation pour déterminer si des formations additionnelles sont nécessaires et si des politiques supplémentaires doivent être développées afin d'assurer la sécurité du personnel du département sur le territoire comme à l'étranger", a déclaré Audricia Harris, porte-parole du Pentagone.

La réponse de Strava est plus simple : "Les athlètes qui ont paramétré leurs données 'en privé' ne voient pas leurs données collectées."

Cliquez ici pour parcourir la "heat map" de Strava.

L'article original est à lire sur RTBF Tendance...

Newsletter Vivacité

Recevez chaque vendredi matin les événements, concours et l’actu Vivacité.

OK